24h de la bande dessinée, making off

le forum de puyo et de sa bd : kouin. Et accessoirement, le refuge des canards...

Modérateur : Modéros thomanes

Avatar de l’utilisateur
puyo
ourse verte
Messages : 5387
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003 - 02:06

24h de la bande dessinée, making off

Message non lupar puyo » mer. 23 janv. 2008 - 22:00

Afin de vous faire connaître l'ambiance de travail des 24h (sans webcam, ben oui), je vous propose ce nouveau sujet : le making off !

(et propose à Phiip d'y mettre sa contribution également, je suis certain qu'il y a des perles à raconter !)

24h de la bande dessinée, deuxième édition

Nous sommes à quelques heures du festival, et tout me semble prêt. (veuillez retenir l’attention sur le terme « semble », tout à fait pertinent, vous le constaterez par la suite...)

Tel un militaire en mission humanitaire à new-york afin de venir en aide aux banquiers, victimes de l’impitoyable crise des surprimes, j’avais constitué au fil du temps ce qui devait devenir mon armement, mon matériel de base face à l’adversité des 24h de boulot intensif.

Ainsi, j’ai préalablement préparé :

- Une nouvelle ampoule (bah oui, celle de ma lampe de bureau venait de rendre l’âme LA VEILLE des 24h, vous y croyez, ça ?)

- Différents petits aliments, en majorité sucrés, destiné à un impitoyable grignotage pour la tranche horaire minuit –> six heures. En effet, fort de plusieurs expériences de travaux nocturnes de dernière minutes, je m’étais aperçu que les tranches creuses.. hé bien, creusaient, justement.

- Du papier et tous mes précieux stylos (pas de soucis à ce niveau là, aucun ne manquait à l'appel)
- Mon ordi (ah ah, il fallait le ménager, ne pas le démarrer trop tôt, ne sait-on jamais, qu'il chauffe trop.. 'superstitions')
- Mes lunettes de repos (quoi que, sachant qu’il n’y aura pas de repos.. mmmm..)
- De la musique, beaucoup de musique, partout, qu’elle jaillisse dans chaque parcelle de mon appartement… enfin, avec une sonorité limité dans la période nocturne, forcément..

- Du café, gringo ! Encore, et encore !
- Et du spasfon (fin de gastro oblige)

Parce que oui, ça aurait été trop simple de débuter dans les conditions idéales, hein !

Donc, nous sommes quelques heures avant le commencement de la fin, je suis en pleine période de questionnements ("et si j’essayais de deviner la contrainte, comme ça, je pourrais gagner du temps", etc.)

Je me rends alors compte, avec horreur, que ma lampe de bureau semble ne pas apprécier sa nouvelle ampoule... étrange affaire.

Une simple vérification sur l’emballage (_60 w, attention de vérifier la réception de votre lampe_) puis sur la lampe (_25w maximum, sinon, c’est la mort dans d’atroces souffrances_) me fit comprendre que dans la vie, les choses sont parfois beaucoup plus compliquées qu’elles ne semblent à première vue.

Tant pis, je me passerais de lampe, va, me dis-je à moitié paniqué. Allez, me dis-je, on ne va pas se prendre la tête sur une bête lampe qui ne servait strictement à rien, d’ailleurs, mon téléphone portable (en appuyant toutes les dix secondes) offre une très belle – et douce – luminosité. Alors, franchement, pourquoi se prendre la tête, je vous le demande.

D’un seul coup, il se trouvais être 15h. Je pris 2 spasfon pour fêter ça, puis entra dans le sacré saint territoire maudit qui causa la perte de tant de dessinateurs… (j’en fait trop, non ?)

Mais, de fait, l’ouverture ne se fit pas. Pour une raison que je n’explique pas (et dont j’en saurais probablement jamais plus), le sujet nous a été donné à 15h15. Alors, que l’ouverture des 24h était bien à 15h, selon leur horloge du site.

Donc, il fallait bosser pendant un quart d’heure, ce que je fis, en imaginant la contrainte (penchant sur une contrainte maritime, je me préparais un monde aquatique.. Etrangement, j’imaginais très bien que l’on demande que toute l’histoire se déroula en mer, tout en devant mentionner le nom de 26 poissons différents dont les couleurs respectives devaient apparaître... et aussi, que le 3ème personne meure à la fin)

15h15 : le sujet tombe comme une tombe qui tombe de son caveau : "La page 12 (couverture non comprise) doit mettre en scène une réunion de famille"

Et là, ce fut le blanc. La non inspiration totale.

Jusqu’à 17h approximativement, le sujet de l’histoire passant sur les thématiques suivantes (je vous livre mes notes)

- le spectre aux chaussures rouges (pourquoi ? aucune idée, j’aimais bien le titre)
- les aventures de la super-chaussure (pourquoi ? cause à effet stupide avec l’idée précédente, très certainement !)

(pour info, j’avais même commencé quelques croquis de « super chaussure », cape et tout, avec de conclure que c’était lamentable)

(pour info bis, le sous titre des aventures de super chaussures : « Une formidable histoire avec des chaussures de toutes pointures différentes »)

- Ensuite, je réfléchissais à une enquête policière avec des canards peu scrupuleux, avant de tomber, je ne sais plus comment, sur l’idée d’une histoire de stagiaire, de sorcellerie et de fantômes.

Scarlatine vient alors rapidement à la rescousse.

17h passés : je commence les crayonnés (je suis fou, aussi, de faire des crayonnés, je vous jure, me dis-je, dans un long cri silencieux), puis tranche ENFIN sur le choix des stylos : ce sera crayon noir + stylo fin + feutres colorés sur gamme gris/orange/marron

J’abandonne toute idée de peinture (qui sera utilisée uniquement pour la couverture), l’utilisation en terme de temps m’apparaissant trop hasardeuse.

Le feutre, ça me plaisait bien. Rapide, couleurs vives et limité à un spectre (ah ah, jeu de mot avec le sujet de l’histoire.. hum), mais il avait un inconvénient majeur.

C’est que le feutre, ça tâche.

D’où le fait que, pendant tout l’événement, je devais manipuler mes outils avec beaucoup beaucoup de précautions. (à 6h, c’est quelque chose)

Mais nous n’en sommes pas encore là… je poursuis.

20h : le rythme est plutôt lent, une planche péniblement atteinte en une longue heure, je ne tentais pas mes délais (retard de début oblige) même si la quatrième de couverture ne serait qu’une formalité.

C’était un peu la panique, je dois l’avouer, pestant le choix des crayonnés – même si c’était (après coup, je l’avoue) terriblement bien justifié.

Les verres de cafés défilent, et commencent à faire effet…

(la suite, demain)
Kouin, le doublon négatif

Tiens, ça ferait une bonne blague canard, ça !

Avatar de l’utilisateur
Maaarge
fumier de lapin
Messages : 540
Enregistré le : mar. 13 mars 2007 - 22:43

Message non lupar Maaarge » mer. 23 janv. 2008 - 22:07

Comment ça la suite demain? Tu déconnes complètement là! A croire que t'as passé la nuit à crayonner des feuilles! hé l'autre!
Ben euh, c'est-à-dire que, euh....

Avatar de l’utilisateur
puyo
ourse verte
Messages : 5387
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003 - 02:06

Message non lupar puyo » mer. 23 janv. 2008 - 22:08

C'est pour mettre un peu de suspense... héhéhhé !

(et aussi, parce que j'ai un brusque - et étrange - coup de sommeil, alors que je pétais la forme.. arf !)

il est tard d'un coup, plus qu'hier..
Kouin, le doublon négatif



Tiens, ça ferait une bonne blague canard, ça !

Avatar de l’utilisateur
Guignol
prêtre lapin avec cape
Messages : 147
Enregistré le : dim. 20 janv. 2008 - 14:28

Message non lupar Guignol » mer. 23 janv. 2008 - 22:08

Bonne nuit ;)
Image

Avatar de l’utilisateur
Maaarge
fumier de lapin
Messages : 540
Enregistré le : mar. 13 mars 2007 - 22:43

Message non lupar Maaarge » mer. 23 janv. 2008 - 22:11

Mouais...
Ben euh, c'est-à-dire que, euh....

Avatar de l’utilisateur
puyo
ourse verte
Messages : 5387
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003 - 02:06

Message non lupar puyo » mer. 23 janv. 2008 - 22:15

Si siii ! D'ailleurs, je vais dormir...

** s'en va dormir

**** vraiment, hop
Kouin, le doublon négatif



Tiens, ça ferait une bonne blague canard, ça !

Avatar de l’utilisateur
Jeannot
quintessence ultime
Messages : 4938
Enregistré le : lun. 25 nov. 2002 - 21:49

Message non lupar Jeannot » mer. 23 janv. 2008 - 23:11

Et la lampe, alors ?

Elle t'as innondé de lumière ?

Ou alors elle a crevé ?
Mourir un Vendredi Saint est une bonne chose, car ce jour là, l'Enfer est fermé.

Avatar de l’utilisateur
puyo
ourse verte
Messages : 5387
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003 - 02:06

Message non lupar puyo » jeu. 24 janv. 2008 - 12:39

Chapitre 2 : le temps des incertitudes

Résumé du chapitre précédent : fort d’une préparation minutieuse, puyo se lançait dans la plus fantastique aventure que la 5eme république n’ai jamais connue (et même en comparaison, allez osons, avec les débordements du front populaire de juillet 1936, c’est dire !)

20h donc, ce fut la pause café-repas, limitée à un plat de riz avec son eau de riz (pour éviter tout débordement, dans tous les sens du terme), l’ambiance était au stress et à au crayonnage à tout va. (sans lampe de chevet, la pauvre illuminant plus fort que l’ensemble des installations de la nuit des lumières à Lyon, ce qui – bien qu’esthétiquement intéressant – me dérangeait sur les futiles questions de point de vue techniques…)

De la stratégie afin de mettre une planche en ligne (en une heure) :

15mn : essayer de trouver quelques idées, tout en réchauffant le café de l’heure précédente. (attention, lorsque je dis « réchauffé », je ne parle pas des idées, hein, je vous vois venir ! hé)
20eme minute = crayonnés (dans une ambiance studieuse)
25eme minute = écriture du dialogue à l’encre, sirotant le ledit café, tout en essayant de ne pas renverser, ah, rien de tel que de se faire un peu peur dans les instants critiques, ah ah, tu parles, quel con je fais des fois,
30eme minute = encrage au stylo noir du dessin, en essayant de bien suivre le crayonné (des fois, ça rate, pas le temps de revenir dessus, hop, fallait avancer)
40eme minute = second passage au stylo fin, pour les détails (là, c’est le passage sympa, ça finalise, on ne se prend pas encore la tête sur ce que l’on va mettre la planche suivante)
45eme minute = gommage, ajout de légères nuances de gris au crayons à papier
50eme minute = passage au feutre couleur.
55eme minute = scannage (et hop, on termine le café…beark, mais c’est qu’il est froid ?!)
60eme minute = mise en ligne

Vers 5 heures du mat (de mémoire), je commençais à user sans vergogne du coup de la page pleine, réalisable en une ridicule vingtaine de minutes (ah ah ah, vingt minutes ! ah ahaaaaa), me laissant le temps de savourer une nouvelle et merveilleuse tasse de ce bon café fraîchement moulu tout en surfant sur le forum lapin qu’il est bien (comment ça, tout le monde couché ? Bande de lâcheurs !)

De souvenir, il y eu un trou scénaristique dans ces eaux là, me demandant comment les choses allaient tourner… il me semble avoir vaguement envisager un combat fratricide entre les deux protagonistes… ou peut-être un passage vaguement érotique.. ah non.

Toutefois, pas de sensation de sommeil se faisait sentir, s’en était presque inquiétant. Le café produisait un effet merveilleux, accompagné de nombreuses et vigoureuses frénétiques palpitations. Ainsi, en ces heures reculées de la nuit, je me préparais une nouvelle tasse, tout me faisant la réflexion qu’une bonne dose caféine devrait faire passer les effets indésirables, que ça devait être un coup de la fatigue que je n’avais pas, ah ah, c’était fourbe, mais j’avais je n’allais pas me laisser faire par de stupides sensations à caractère psychologique !

Vers 9 heures du mat, à moitié tremblotant, le soleil m’aveuglant, j’endendais la musique stridente de ma voisine du bas, cette incroyable tonalité (comme chaque matin où j’avais la chance de rester à cette heure là) de G. Lemarchal, bref, une nouvelle journée comme les autres débutait pour monsieur tout le monde, m’obligeant à augmenter le timbre de mes caissons de basse pour couvrir la voix du mort.

Et, ce cet instant de félicité, je réalisa que j’avais pris de l’avance. Bondiou.

(Pour information : étrangement, pris par la frénésie du timing serré, je n’ai pas tapé dans les provisions de denrées qui devait avoir fonction de me faire tenir le coup (probablement qu’en cela, le café intégrait plus rapidement le sang))

Ainsi, je décidais de me payer le luxe de mettre de la couleur sur la couverture (à l’aquarelle, pour faire genre je n’ai fait aucune retouche ordi, ah ah) entre 11h et midi et quart. Et hop, trois heures d’avances, où j’aurais pu dormir ! (sauf que tout le monde pensa à m’appeler dans l’après midi, oubliant forcement l’actualité du moment, comment ça, ce n’était pas passé à la radio ? Je vous jure)

Epilogue : Le café faisant effet, je pu compter le nombre de palpitations se prolongeant le mercredi entre midi et 22h, soit 57 029. Record battu.
Kouin, le doublon négatif



Tiens, ça ferait une bonne blague canard, ça !

Avatar de l’utilisateur
Maaarge
fumier de lapin
Messages : 540
Enregistré le : mar. 13 mars 2007 - 22:43

Message non lupar Maaarge » jeu. 24 janv. 2008 - 13:44

Allez, un autre making-off des 24h de la BD parce que, hein, les autres ils ont pas chômé non plus.

14h30
la machine à café tourne à plein régime, un bataillon d'enfants malnutris l'alimente en permanence avec du grain fraîchement moulu. Je déplore quelques accidents du travail : mains broyées par les énormes pales du moulin à café, brûlures au 1er degré sur tout le corps, etc. La fête est quelque peu gâchée par les cris d'agonie.

15h
Après avoir maté une rebellion chez mes petits ouvriers, rebellion fomentée par un infâme syndicaliste à moustache tendance anarcho-trotsko-capitalo-opportuniste qui s'était subrepticement glissé parmi mes esclaves prépubères, j'attends comme vous la contrainte de la compétition.

15h05
Je me dis que c'est bien beau de faire tout un foin pour les 24h de la BD mais qu'en attendant, il ne se passe pas grand-chose. Je décide d'aller faire une marelle avec mes petits ouvriers. celui qui perd a un gage, celui qui gagne meurt dans d'atroces souffrances. C'est moi qui gagne, dommage.

15h15
La contrainte tombe. La réaction de Phiip et Puyo m'inquiète, je décide de rajouter du LSD dans le café pour combler leur manque d'inspiration.

16h
Rien. Je crains un instant d'avoir trop forcé la dose de substances hallucinogènes dans le café. J'envisage un exil en Amérique du Sud.

17h
Rien. Puyo semble paniquer, il change de crayons toutes les deux secondes, je sens que bientôt il va décider de faire ses 24 planches avec des collages de papier peint. Phiip semble plus réactif, je suis contente, le dosage du café était bon, je défais mes valises.

18h20
Phiip met sa couverture en ligne, j'envisage de faire breveter le contenu de mon café.

19h32
Phiip met trois planches en ligne, j'ai peur qu'à cette allure, son coeur lache. Je refais ma valise.

19h40
Je suis soulagée, Puyo ne s'est pas lançé dans le collage.

21h
Phiip et puyo semblent avoir trouvé leur rythme de croisière. Mes petits ouvriers clandestins moulineurs de café aussi. J'envisage la création d'une SARL.

22h
Phiip fait semblant d'avoir le temps de lire les productions des autres dessinateurs dans l'intention manifeste de déstabiliser Puyo. Ca marche, Puyo est soudainement pris de doutes : aurait-il du utiliser une mine 0.5mm au lieu d'une 0.7? La réunion de famille doit-elle comporter un ordre du jour? Ne serait-il pas judicieux de caser un canard avec une bite dans son histoire?

1h du matin
Phiip décide d'aller dormir. Quel crâneur.

1h30
Après avoir enfermé mes petits ouvriers dans un cagibi (chauffé, je suis pas un monstre non plus) pour la nuit, je décide d'aller dormir. Puyo reste seul avec ses angoisses et un taux anormalement élevé d'adrénaline dans le sang. Jai peur qu'il ne passe pas la nuit.

7h
Tiens, non, il a survécu.

8h
Phiip se réveille et fait semblant d'avoir fait 4 planches en une demi-heure tout en ayant eu le temps de prendre un petit-déjeuner et une douche. Cet excès de confiance est proprement scandaleux. Mais mon mélange café-LSD fonctionne à merveille.

9h
Après avoir remis au boulot à coups de pied au cul mes jeunes ouvriers qui dormaient paisiblement en sucant leur pouce, je vais vaquer à mes occupations. Parce que c'est bien gentil les ,24h de la BD mais y en a qui bossent hein. C'est pas comme d'autres.

13h
Phiip et Puyo ont tous les deux fini.
J'appelle la police pour leur signaler que des sans-papiers sanguinaires squattent illégalement mon appartement.
Ben euh, c'est-à-dire que, euh....

Avatar de l’utilisateur
puyo
ourse verte
Messages : 5387
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003 - 02:06

Message non lupar puyo » jeu. 24 janv. 2008 - 14:01

Quelle périple !

Ce sont ces petites attentions qui font de nous de grands auteurs...
Kouin, le doublon négatif



Tiens, ça ferait une bonne blague canard, ça !

Avatar de l’utilisateur
Phiip the only Phiip
Le type qui fait les lapins, là...
Messages : 13019
Enregistré le : lun. 26 août 2002 - 17:48

Message non lupar Phiip the only Phiip » jeu. 24 janv. 2008 - 14:56

Héhéhéhé...
Bon, d'accord, je vais faire ça au lieu de ***, ***, ou ***.

_____________________
On peut très bien vivre sans TVA de toute façon.


Retourner vers « le coin des canards »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité