Page 1 sur 2

Comment je me suis pris un râteau, par une fille !

Posté : lun. 27 juin 2005 - 21:21
par Vonderwomane
Comment je me suis pris un râteau, par une fille !

Lecteur, je t'exhorte, si ce n'est déjà fait, à réviser ton petit Etienne illustré !

Forte des conseils d’Etienne, un jour, je me suis dit :
- Vonder, te voilà seule depuis trop longtemps, faut qu’ça change, fonce !

Posons la problématique :
1. Je veux qu’on m’aime
2. Je veux qu’on m’aime
3. Mais j’veux bien niquer aussi.

Ici, d’emblée, je dois avertir le lecteur que le coup de la baffe, ça marche pas. Sans blague. J’avais repéré un chouette type à la terrasse d’un café. Je l’aborde. Je bois sa bière. Je le baffe. Et là… Devinez ? Il m’en colle une à son tour !

Mais comme j’ai du caractère, je me dis :
- Vonder, te laisse pas abattre !

J’étais au café de Flore. Au café de Flore, c’est bien connu, c’est bourré d’intellos. Donc, je repère un lunetteux, un prof à tous les coups : il semblait hyper absorbé par une pile de copies, même que je me demandais comment elle faisait pour tenir aussi haut. Hop ! Ni une ni deux ! SPLATCH.

- Oh ! Pardon ! que je m’esclaffe avec mon plus beau sourire.
- Je vous ai vu. Vous l’avez fait exprès, qu’il me répond.
- …./… que je lui rétorque, bien décidée à respecter les recommandations d’Etienne.
- Quelle gourde ! qu’il continue.
- …/….
- T’as perdu ta langue ? qu’il enchaîne. Espèce de cruche.
- …/…
- Ben quoi ! Réponds-moi ! Oh là là ! Quelle dinde !

Là, j’ai craqué.

- Tu t’es vu avec ta chemise de bûcheron canadien sur tes épaules d’enfant rachitique ? que je me suis mise à hurler.

Là, c’est incroyable… Il s’est effondré.

- Ce n’est pas ma faute, qu’il gémissait. C’est celle de mon préconscient. Tout petit, déjà, mon inconscient était comme soumis à d'autres lois que celles du préconscient/conscient, établissant une autre logique, que Freud qualifie d’ailleurs de saut épistémologique et sur lequel il fonde la théorie psychanalytique. Bref, il est intéressant de constater que ce sont toujours les mères…

Je buvais du p’tit lait. Sacré Etienne que j’pensais !

Voilà comment j’ai couché avec un tellectuel.

Le lendemain, je décide de me taper un fêtard. Là, les filles, je vous l’affirme, rien de plus facile : il y en a plein les boîtes de nuit ! J’avais justement reçu un flyer dans ma boîte aux lettres : Soirée Eyes need sugar ! Eyes need sugar au rex club fait une escale à londres en ce samedi 18 juin. A cette occasion nous recevons l’incroyable jojo de freq résidente et fondatrice des soirées nagnagnag pour un set electro-punk-rock-newwave-trash. En warm up, venez decouvrir les italoboyz de la soirée londonienne fesh et pour finir princess lea avec un son electro-break-house dont elle a le secret. Le tout dans une ambiance toujours aussi conviviale et bon enfant.

Et me voilà partie. Arrivée au rex, je repère un joli minois et je décide que ce sera lui, ou personne d’autre. Na !

A partir de là, je prends exemple sur la commandette : telle une vaillante soldate en goguette, je le lâche plus d’une semelle. De toute façon, il est tellement bourré que ça lui pose pas d’problème. Les gens, quand ils me demandent T’es qui, toi ? , je leur réponds, pour les mettre en boîte : sa grande sœur !

Evidemment, le lendemain, il était surpris de me trouver dans son lit. Moi, j’y vais au bluff.
- Darling !… Ohhh… N’était-ce pas délicieux cette nuit ? Oh ! Prends moi de nouveau comme un sauvage ! Oui ! Encore !

C’était dans la boîte ! Sacré Etienne que j’pensais !

Le surlendemain, je me dis, last but not least, je ne peux décidemment pas m’arrêter en si bon chemin ! Alors c’est quoi, le menu du jour ?

C’est là que le ciel m’est tombé sur la tête. C’était au boulot. A la cantine. Je choisissais un hors-d’œuvre, lui un dessert. Il était jeune, il était beau, il sentait bon le sable chaud.(1) Un véritable coup de foudre. Mon héros ! me suis-je écriée. Et lui, tel un pointer à l’arrêt, mufle frémissant, oreilles aux aguets et queue tendue, de me rétorquer : ça vous dirait un pique-nique ?

Là, j’ai ouvert les bras en croix et j’ai crié : câlins !

Voilà comment j’ai rencontré l’homme de ma vie. De temps en temps je pense : Sacré Etienne !


(1) Paroles d’Edith Piaf

Posté : lun. 27 juin 2005 - 21:31
par FunRAM
Mais il est où, le rateau, là ?
DTC ?

Posté : lun. 27 juin 2005 - 21:37
par Vonderwomane
Ben je me suis pris une baffe tout de même ! Un râteau = une baffe.

Posté : lun. 27 juin 2005 - 21:39
par Glaüx Le Chouette
Ils vont nous faire un Pléiade entier, les deux, là.
Tant mieux.



Extra ! Toujours aussi léger !



Oh, c'était une baffe, le râteau.. Moi je pensais que le monsieur de la fin s'appellait monsieur Râteau.

Posté : lun. 27 juin 2005 - 21:39
par FunRAM
Ho...
Mais alors, si j'ai bien compris, en soirée SM, on se prend un max de rateaux, alors !

Posté : lun. 27 juin 2005 - 21:51
par Feuille
Youpi ! Bravo !


Et maintenant...

pile de copie <- copies
que je m’exclaffe <- esclaffe
ma boîtes aux lettres <- boîte

Posté : lun. 27 juin 2005 - 22:17
par nihil
funRAM (le retopur) a écrit :Ho...
Mais alors, si j'ai bien compris, en soirée SM, on se prend un max de rateaux, alors !


On peut également se faire pisser dessus.

Posté : lun. 27 juin 2005 - 22:38
par Phiip the only Phiip
Si tu veux, tu peux avoir encore plus de râteaux à Castorama.

Posté : mar. 28 juin 2005 - 10:50
par bleuette
Mieux vaut se réjouir tard que crier Hourra tôt!

Posté : mar. 28 juin 2005 - 11:50
par Bubble's Talks
Phiip the only Phiip a écrit :Si tu veux, tu peux avoir encore plus de râteaux à Castorama.


Toi aussi tu dragues chez Casto ?
C'est nul hein.
Pfff, pis les filles sont habillées comme des postiers.
En moins sympa.
En moins poilu aussi d'accord.

Posté : mar. 28 juin 2005 - 12:35
par Phiip the only Phiip
Oui, mais rien ne remplace le prestige de l'uniforme...

Posté : mar. 28 juin 2005 - 12:40
par FunRAM
Si encore les uniformes étaient en tissu pourri...

Posté : mar. 28 juin 2005 - 13:42
par bleuette
et rien ne remplace le prestige des poils dans certaines tribus pas si éloignées...

Posté : mar. 28 juin 2005 - 13:59
par FunRAM
Il y a des tribus, en Alsace ?

Posté : mar. 28 juin 2005 - 14:05
par PoF
Apparemment il y en a eu!

Posté : mar. 28 juin 2005 - 14:09
par bleuette
certes, mais ces indigènes-là ont-ils seulement des poils ...?

Posté : mar. 28 juin 2005 - 15:06
par FunRAM
Yapud'poil...

Posté : mar. 28 juin 2005 - 17:06
par Vonderwomane
Feuille a écrit :Youpi ! Bravo !


Et maintenant...

pile de copie <- copies
que je m’exclaffe <- esclaffe
ma boîtes aux lettres <- boîte


Merci feuille, je corrige ! :wink:

Posté : mar. 28 juin 2005 - 17:14
par Glaüx Le Chouette
Pas la peine, c'est déjà fait pour le Zine ! héhé !

Il est vraiment drôle, ce texte.

Posté : mar. 28 juin 2005 - 17:17
par Vonderwomane
Merci Glaux ! Mais j'ai corrigé quand même. C'est compulsif.

Posté : mar. 28 juin 2005 - 18:34
par Feuille
Vonderwomane a écrit :Merci feuille, je corrige ! :wink:


De rien Vonder, j'ai adoré le texte. :)

Posté : mar. 28 juin 2005 - 18:48
par dröne
J'ai pas compris le titre : je pensais à une croustillante histoire de foufounes électriques et de bovarysme en plein air. Ben oui, une fille annonce qu'elle s'est pris un rateau par une fille : rateau, jardin, sexe entre jardinières et bourgeoise s'ennuyant, disciples de lesbos et écologie rurale, tout ça tout ça quoi... Du coup, bon, le côté drague/hétéro, heu... bref, le titre est trompeur. Sinon le texte est sympa.

+A+

Posté : mar. 28 juin 2005 - 19:14
par FunRAM
La virgule, Dröne, la virgule t'a trompé...

Posté : mar. 28 juin 2005 - 19:16
par dröne
funRAM (le retopur) a écrit :La virgule, Dröne, la virgule t'a trompé...


Une seule virgule vous manque et tout est dépeuplé !

Posté : mar. 28 juin 2005 - 19:21
par FunRAM
Pourtant, si une certaine virgule était absente, ça me manquerait pas beaucoup, à moi...

Posté : mar. 28 juin 2005 - 20:41
par dröne
funRAM (le retopur) a écrit :Pourtant, si une certaine virgule était absente, ça me manquerait pas beaucoup, à moi...


Nike sa mère, z'y va l'autre hé ! Pareil : je hais le sport et les fringues de sport. D'ailleurs, le sport c'est mal.

+A+

Posté : mar. 28 juin 2005 - 22:06
par biskott
Même en chambre, à 2 contre un ?

Posté : mar. 28 juin 2005 - 22:59
par dröne
biskott a écrit :Même en chambre, à 2 contre un ?


Ca te ferait bander, un mec ou une nana en Nike toi ? Berk !

+A+

On lance la tradition, là.

Posté : mer. 29 juin 2005 - 09:40
par E. Sauvage
Waouh! Merci Vonder! Trop cooooooooollll! Quoi? Moi, kakoo?
Là, j'le sens comme une grande tradition, là. Là, les aminches, j'le sens Vonder__mal. Elle m'énerve, la p'tite, là. Elle me gonfle, donc elle m'inspire. Tout n'est qu'une histoire de respiration, en fait. Et si tout n'est qu'une histoire de respiration, c'est donc une histoire de ponctuation, comme quoi je suis. Et si je suis, j'obéis donc à Darwin. Et si j'obéis à Darwin, je dois donc me reproduire. Et cela donne :

Comment je me suis pris un râteau, par un mec !

Jeune dragueur qui m'écoutes, d'abord, tu t'es gouré c'est un texte écrit, ensuite, fais gaffe aux cours de séduction de Vonderwomane!

la suite de votre article preferé a demenagé ici

Posté : mer. 29 juin 2005 - 09:47
par Phiip the only Phiip
Héhéhéhé...
Ça va devenir une habitude, ces petits dialogues !

Très chouette en tout cas !