Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

poster des trucs pour le Zine, proposer ses textes : chroniques, parodies, dessins, BDs, humour de toutes sortes, articles, brèves, mots d'humeur c'est ici...

Modérateur : Modéro éro petit patapo

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Message non lupar FunRAM » mar. 05 sept. 2006 - 16:04

Et dans mes temps libres, je fais des textes pour Tragedy.
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
Jeannot
quintessence ultime
Messages : 4938
Enregistré le : lun. 25 nov. 2002 - 21:49

Message non lupar Jeannot » mar. 05 sept. 2006 - 21:11

Le problème avec les groupes de metal, c'est que dans l'eau, ça rouille, et ça coule.

Le bois, c'est mieux.
Mourir un Vendredi Saint est une bonne chose, car ce jour là, l'Enfer est fermé.

Avatar de l’utilisateur
puyo
ourse verte
Messages : 5387
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003 - 02:06

Message non lupar puyo » mer. 06 sept. 2006 - 08:08

Oui, mais le bois, ça brûle.

Peut-être vaut il mieux envisager un groupe plastique ?
Kouin, le doublon négatif

Tiens, ça ferait une bonne blague canard, ça !

Avatar de l’utilisateur
LaHyenne
ourse verte
Messages : 8140
Enregistré le : sam. 08 mars 2003 - 01:58

Message non lupar LaHyenne » mer. 06 sept. 2006 - 08:14

Un groupe qui fond ?


FunRam, met toi dans un groupe sanguin... Tu n'auras plus de problèmes !
Modifié en dernier par LaHyenne le mer. 06 sept. 2006 - 10:53, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Jeannot
quintessence ultime
Messages : 4938
Enregistré le : lun. 25 nov. 2002 - 21:49

Message non lupar Jeannot » mer. 06 sept. 2006 - 09:46

LH a raison.
Et c'est moins risqué que de se mettre dans un groupe éléctrogène.
Mourir un Vendredi Saint est une bonne chose, car ce jour là, l'Enfer est fermé.

Avatar de l’utilisateur
plastic
prêtre lapin jaune avec cape
Messages : 184
Enregistré le : dim. 12 déc. 2004 - 12:20

Message non lupar plastic » mer. 06 sept. 2006 - 13:00

ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha
ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha
hahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah
ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha
ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha
ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha
hahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah
hahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah
hahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah
non.






<cé + joli coupé ;-) Bbt>
buddy list, ou le rejets des déchets inconnus, inconsommables et incongrus, bourrés de pustules, sentant la pisse et le vomi ou alors juste un comic strip sans prétention: http://buddylist.canalblog.com

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar FunRAM » jeu. 25 juin 2009 - 23:15

Hop-là, je déterre un sujet, histoire de me motiver à relire ce truc que j'ai écrit il y a longtemps et, peut-être (qui sait ?) à en écrire... une suite !

Mais avant ça, faut que je trouve l'inspiration pour une saleté de lettre de motivation pour la fac...

Si vous deviez postuler en mathématiques fondamentales et en mathématiques appliquées aux sciences sociales après deux ans de prépa de maths, vous diriez quoi, vous autres ?
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
PoF
ourse rescapée (de l'enfer)
Messages : 1728
Enregistré le : ven. 13 mai 2005 - 22:19

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar PoF » ven. 26 juin 2009 - 07:12

Passion pour le beurre et les bazookas.


C'est fondamental pour ton cursus.
...

glop-glop
lapin invisible...
Messages : 908
Enregistré le : mer. 15 mars 2006 - 21:49

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar glop-glop » ven. 26 juin 2009 - 11:28

1) Tu expliques que tu es un mathématicien fondamentaliste convaincu et que tu es prêt au sacrifice suprême pour dynamiter la discipline.

2) Tu veux pouvoir mettre la vie en équations pour que ta vie ait un sens.

Avatar de l’utilisateur
canardkiller
fumier de lapin
Messages : 542
Enregistré le : ven. 07 nov. 2008 - 23:03

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar canardkiller » ven. 26 juin 2009 - 17:52

Que tu fais ça pour le pognon.
Que tu sais rien faire d'autre, donc ta vie serait gaché si ils te donnaient une réponse défavorable
Que glandouiller au font d'une estrade pendant deux ans, c'est "cool"!
Que tu préfère le lard
les animaux sont plus intelligents que les hommes, un cochon mangerait un musulman!!!

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar FunRAM » ven. 26 juin 2009 - 21:43

Merci pour toutes ces réponses spontanées, c'est tellement... tellement lapin.

sniff... je suis ému.
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
LaHyenne
ourse verte
Messages : 8140
Enregistré le : sam. 08 mars 2003 - 01:58

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar LaHyenne » sam. 27 juin 2009 - 06:07

Ce serait lapin si tu les utilisais vraiment.

hinhinhin

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar FunRAM » ven. 11 juin 2010 - 17:17

Oh, tiens, j'ai vu que c'était encore en ligne, ça ! J'ai même vu que cet été je suis venu remonter ce sujet.

Bon, si j'ai du temps les six prochains mois, je m'y mettrais peut-être, ça me fera une distraction entre ma nouvelle "sérieuse", mes travaux d'histoire et quelques autres trucs.
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar FunRAM » lun. 14 juin 2010 - 08:56

Tiens, j'avais un peu de temps à perdre ce week-end, donc j'ai réécrit la fin des treizième et quatorzième chapitres.

12) Ta gueule Roger !

Hum.
Salut, c’est Roger. Je remplace le narrateur qui s’est saoulé au chapitre précédent.
Pfffffuahahahahahahahahahahahahahah…

- Ta gueule, Roger !

… ahahum. Bref, tout ça pour dire que je suis pas très habitué à faire la narration, et tout ça, moi, mon métier, c’est remplacer Dieu dans ses corvées quotidiennes, comme écrire ses lettres personnelle quand ça le gave, ce genre de trucs, alors bon, faudra être un peu indulgent, hein, parce que…

- Ta gueule, Roger !

Bref, je fais la narration, donc. Hum hum.

Là, vous voyez, on est en plein suspense, là, oh là là ! D’un côté, y a une espèce de cavalier squelette, là, je sais pas trop qui c’est, enfin bon… Et de l’autre, y a une espèce de paysan, habillé de façon un peu vétuste, qui semble… heu… ben… discuter avec le premier.

- Crrrébonsang ! V’la un p’tit moment que j’te cherrrchais, s’pèce d’empafé d’piaf de merrde de saloperie visqueuse, de…

Hum, oui, bon, ça a un côté charmant, les insultes rurales, non ? Mais je pense pas que ça soit publiable en l’état… A la place, je vous propose un petit divertissement enjôleur !

Dansons la capucine
Y a pas de pain chez nous
Y en a chez la voisine
Mais ce n'est pas pour nous.
Tiou !

Dansons la capucine
Y a pas de vin chez nous
Y en a chez la voisine
Mais ce n'est pas pour nous.
Tiou !

Dansons la capucine
Y a du plaisir chez nous
On pleure chez la voisine
On rit toujours chez nous. Tiou !

- … connasserrie d’enflurrre eud’bec eud’bois !

Hum, il semblerait que ce petit divertissement n’ait pas suffit...

- Fais pas chier, Roger !

En tous les cas, le défi est lancé. Mais le cavalier squelette semble s’en battre l’occiput. En même temps, déjà qu’au naturel, un squelette c’est pas très expressif, mais revêtu d’un heaume, je vous dis pas. Ou plutôt si, je vous dis, mais non, en fait. Bref, tout ça pour dire que le temps que je dise cela, bah il s’est lancé. Même que le péquenaud est parti de côté afin de l’éviter. Mais en fait, sur ces foutues feuilles de notes…

- Feuilles De Notes !

Oui, bon, toi, cuve et laisse-moi tranquille, roh, ces alcooliques, j’vous jure ! Enfin bon, sur ces Feuilles De Notes, donc, je lis que nos trois amis - mais qui c’est ? se sont malencontreusement approchés de la scène et que le cavalier, bah il leur fonce dessus. C’est ballot.

- Heu… Il nous fonce dessus, là, non ? remarqua Thierry, d’une perspicacité exemplaire
- Oui, je crois. En tout cas, c’est ce que dit le nouveau, là, confirma le mineur
- J’ai faim. résuma Arnaud

Et alors que le cavalier leur fonçait dessus, nos héros eurent la présence d'esprit de se jeter chacun d'un côté pour l'éviter. Chacun d'un côté, ça voulait dire Thierry vers la gauche, le mineur vers la droite, et Arnaud vers l'avant. Du coup, ça l'avançait pas, Arnaud. Enfin, si, techniquement, ça l'avançait, c'est sûr, mais pour éviter l'assaut, non. Il allait se prendre la lance du cavalier fantôme dans le crâne lorsque le narrateur décida qu'il fallait un deus ex machina, parce qu'il a aucune imagination...

- Je te permet pas !

… et donc ben en fait Arnaud il est tombé à travers une trappe qui s'est ouverte dans le sol sous ses pieds. Et tandis que le cavalier, dépité de voir sa proie lui échapper par la volonté d'un funeste destin, poussait un cri rageur dont les échos se répercutèrent jusque dans la géhenne immonde, Arnaud, désemparé et impuissant, sombrait lentement mais inexorablement vers les tréfonds abyssaux et obscurs, tandis que, surgissant d'un lieu par-delà l'être et le temps, solennellement, s'égrenaient, en un decrescendo tragique et majestueux, trois notes de contrebasse.

- La vache, c'est vachement bien, comme phrase de conclusion ! Ça fait fin épique, et tout.

Et ouais.

- C'est juste dommage que ça soit absolument pas le genre du récit.

Oh ?

- Et ouais.

13) Tout de même !

Après quelques remaniements de personnel au sein de la narration, le récit reprit son cours.
Avec son vrai narrateur, oui. C’est bien moi. Pas d’autographes, merci.

Toujours est-il qu’après les trois notes de contrebasses – oui, oui, au pluriel, une contrebasse par note, on est pas radins, ici – il devient urgent de s’intéresser au sort d’Arnaud.
Non, revenez.
Oui, bien, voila, comme ça. Bon, pas trop près, on est pas devenus des intimes, non plus.
Bien, c’est mieux.
Parfait, on va pouvoir discuter un peu d’Arnaud. Mais pas trop, promis.

Arnaud se demandait donc où il se trouvait, et à juste titre, d’ailleurs. Parce qu’il a beau ne pas posséder un sens pratique développé, il s’est quand même rendu compte qu’il y avait eu un relatif changement dans son environnement immédiat.
Du moins, il se souvenait vaguement n’être pas sur une corniche, large de quelques dizaines de centimètres et constituant un chemin montant vers le sommet d’une falaise surplombant un précipice d’une profondeur incommensurable (ho, le joli mot !) de cinq kilomètres, quelques secondes auparavant. Ou alors, ça avait échappé à son attention.
En tous les cas, il sentait qu’il se passait quelque chose de pas normal.

- Il se passe quelque chose de pas normal… estima Arnaud

C’est ce que je disais, merci.

- De rien.

Tu sais, Arnaud, un personnage, ça n’est pas censé entendre ce que dit la narration…

- Oups, excuse-moi, je recommencerai plus. Promis.

Bon.
Alors, où est-ce que j’en étais, moi ?

- Au moment où je remarque qu’il y a quelque chose de pas normal, je crois.

Arnaud ! Qu’est-ce que j’ai dit ?
Enfin bon, passons.
Alors…
Arnaugnagnagnagnagnagnagnagnchangemengnagnagnagnagnacornichegnagnagnafalaisegnagnagnagnaprécipicegnagnagnagnagnagna… Ah ! Trouvé !
Il résolut donc de faire quelque chose.

- Je dois faire quelque chose !

Et plutôt que de faire ce que tout individu doté d’un peu de jugeote aurait fait dans une telle situation, c'est-à-dire rester tranquillement sur la corniche en attendant que la suite prévoit quelque chose, il en entreprit l’ascension. Non pas qu’il soit courageux, ni qu’il n’eut pas peur. Simplement, le temps que le sentiment de peur parvienne à son cerveau, il pouvait bien finir sa vie d’une colique naturelle, comme tout être humain normal.
Enfin, nous nous entendons sur le fait que « normal » regroupe ici un nombre très large d’individus.

Mais pendant que notre meilleur héros – faute de mieux – escalade son rocher, qu’advient-il des autres, dans la caverne ?

***

Et bien, pour tout dire, dans la caverne, malgré l'humidité ambiante, ça flippe sec. Le cavalier fantôme a évité de justesse le mur du fond - en même temps, un fantôme, il risquait quoi ? un traversage intempestif ? Ça fait quoi ? Une amende de vingt, vingt-cinq balles, maximum - et, ayant laissé tomber sa lance, se prépare à une nouvelle charge. De l'autre côté de la salle, le péquenaud a attrapé la table - pourtant costaude - et la chaise, se servant de la première comme d'un bouclier et de la seconde comme d'une... heu... ben, massue, on va dire.
A gauche du cavalier, le mineur claustrophobe surmonte à toute vitesse sa phobie et entreprend de battre le record mondial du creusement d'abri personnel, parce qu'il est fort couard ; à droite, Thierry, qui n'est pas le plus courageux des hommes non plus, se plaque contre la paroi, en espérant s'y fondre suffisamment pour que l'assaillant l'ignore. L'attente est oppressante. Lentement - mais c'est parce que la narration a en commun avec les studios d'Holywood de coller des ralentis aux moments de grande tension - le fantôme tire, sans un bruit, la sombre épée qui pendait à son côté.

Convenons-en, on a connu situation plus engageante.
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar FunRAM » mar. 15 juil. 2014 - 18:41

Ooooooh. J'avais oublié, ça. Rétrospectivement, ben... en fait, c'est pas mal. Je ne m'y attendais pas, pour un truc écrit en 2006.
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
Phiip the only Phiip
Le type qui fait les lapins, là...
Messages : 13019
Enregistré le : lun. 26 août 2002 - 17:48

Re: Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf.

Message non lupar Phiip the only Phiip » jeu. 27 nov. 2014 - 10:53

Fais pas gaffe, c'est du FunRAM.


Retourner vers « contributions au Zine »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités