[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/phpbb/session.php on line 561: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/phpbb/session.php on line 617: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 494: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 113: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 113: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 113: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 113: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 113: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 113: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/phpbb/session.php on line 1065: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3925)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 5312: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3925)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 5312: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3925)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 5312: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3925)
le forum de Lapin.org • Youpi, tralala et bison pointu. En un mot : Plouf. - Page 3
Page 3 sur 5

Posté : lun. 13 févr. 2006 - 20:35
par LaHyenne
Ben heu ... comment dire ...

Faudrai que j'aies lu le reste, hein.

Posté : lun. 13 févr. 2006 - 21:17
par FunRAM
Certes.

Posté : mar. 14 févr. 2006 - 00:37
par Johnny
Et le est en ligne !

Posté : mar. 14 févr. 2006 - 00:42
par FunRAM
Ca tombe bien, je viens de finir le 8.

Posté : mar. 14 févr. 2006 - 00:42
par FunRAM
Plouf
Les sots

Sans même se concerter, les deux amis se retournèrent et empruntèrent en sens inverse la galerie qui les avait menés au croisement.
Qu'ils croyaient, les sots.

Au bout d'un temps incertain mais relativement long, Thierry se rendit compte du fait que le chemin qu'ils suivaient n'était pas celui qu'ils avaient emprunté - et qu'ils devaient par ailleurs rendre avant 15 jours. Ou plutôt si, c'était exactement le chemin emprunté. Sans l'inversement logique des directions droite et gauche qu'induisait un retour en arrière. Il commençait vaguement à s'en inquiéter.
Arnaud, dont le sens de l'orientation pouvait avec peine se comparer avec celui d'une mouche asthmatique dépourvue d'antennes, suivait son ami en s'extasiant du paysage rencontré, sans se rendre compte qu'il était en tout point semblable avec celui sur lequel il s'était apesanti quelques minutes auparavant.

Comme Thierry le redoutait, ils débouchèrent dans un lieu tout autre que la cavité sous le salon d'Arnaud. Ils se retrouvèrent dans une salle de dimensions modestes, dotée d'une porte au fond. Pas une lourde porte en vieux bois comme on aurait pu s'y attendre. Pas une porte coulissante en métal comme celles des bases militaires souterraines.
Une bête porte peinte en blanc. Avec une poignée classique.

Arnaud, lui, en était encore à constater que le paysage avait changé et il percuta Thierry qui, lui, s'était arrêté, saisi par le caractère incongru de la sus-dite porte.
Ce geste somme toute banal eut des répercussions désastreuses.
D'abord, suite au contact soudain de ce qu'il devait reconnaître plus tard comme son ami avec son dos, Thierry hurla à s'en décrocher la mâchoire (mais elle ne se décrocha pas car c'était une mâchoire bien élevée). Ensuite, dans son effroi, il laissa tomber la lampe-torche, qui s'éteignit. C'est un fait : quelle que soit l'époque, les héros, la lampe, il suffit que les seconds se retrouvent dans un souterrain et que la troisième tombe pour qu'elle s'éteigne. Inévitablement.
S'ensuivit une scène de confusion indescriptible pour qui n'est pas pourvu de la faculté de voir dans le noir. Faculté que la narration possède, comme de juste, ce qui explique qu'elle parvienne à décrire la dite confusion indescriptible.

En premier lieu, dans le noir, Arnaud prit peur. Comme ça, bêtement. Peut-être que suffisamment de neurones s'étaient mis en activité dans sa boîte crânienne pour lui faire comprendre que se retrouver dans le noir complet dans un lieu traditionnellement cadre de scènes d'horreur avec viscères et cris stridents en option, lieu inconnu de lui, qui plus est, était potentiellement dangereux. Mais j'en doute.
Toujours est-il que cette peur irraisonnée lui fit marcher sur les doigts de Thierry, qui était tombé à terre suite à sa frousse, lequel redoubla d'intensité dans son hurlement, joignant la douleur à la terreur.
En second lieu, Thierry mordit la jambe d'Arnaud, dans un accès de fureur bestiale et parce qu'il n'avait pas d'autre moyen à portée pour lui faire dégager sa jambe, morsure qui eut pour conséquence malheureuse de faire encore plus peur à Arnaud, lequel entreprit - sans pour autant cesser de hurler - de tabasser consciencieusement son ami à coups de pieds.
Enfin, Thierry tenta, avec succès - un pote à lui, sûrement -, de renverser Arnaud.
Tout ça à cause d'une bête lampe-torche éteinte.

Une fois les deux amis - a priori bons pour un stage longue durée dans l'aile "psychiatrie" d'un hôpital - remis, ils cherchèrent à retrouver la lampe.
A force de tâtonner, Arnaud finit par la retrouver. Il se retourna pour le signaler à Thierry quand une grande forme fluorescente - à moins qu'elle ne soit phosphorescente, je sais jamais - traversa en trombe la salle depuis le couloir d'où ils venaient avant de disparaître à travers la porte.

- Arnaud ? demanda Thierry
- Oui ? répondit Arnaud
- Tu n'as pas vu passer un squelette chevauchant un cheval fantôme harnaché, la cape au vent et l'épée à la main, en train de hurler une malédiction éternelle à des Dieux oubliés ?
- Non.
- Moi non plus.




Lu - Johnny

Posté : mar. 14 févr. 2006 - 01:04
par Johnny

Posté : mar. 14 févr. 2006 - 11:30
par FunRAM
Il manque "08 -"devant "Les sots", mais sinon, impec' !

Posté : mar. 14 févr. 2006 - 11:37
par Bubble's Talks
Je pense qu'harnacher a gardé son h, non ?

Posté : mar. 14 févr. 2006 - 12:22
par FunRAM
Effectivement, sinon, ça prend un tout autre sens...
Je corrige mon post.

Posté : mar. 14 févr. 2006 - 12:23
par FunRAM
Tiens, j'en ai aussi profité pour mettre la chute qui, bizarrement, avait résisté au copier/coller...

Posté : mer. 15 févr. 2006 - 14:43
par Johnny

Posté : ven. 17 févr. 2006 - 20:43
par FunRAM
Héhéhéhéhé...
Bon, j'étais pas là.
Promis, je continue.

Mais bientôt, hein ?

Posté : sam. 18 févr. 2006 - 16:40
par FunRAM
Plouf
Un épisode indispensable (si !)

Sans prêter plus attention au phénomène - il a la sale manie de ne pas rendre ce qu'on lui passe -, les amis se dirent que passer cette porte serait une bonne idée, puisqu'ils n'avaient rien d'autre à faire. Néanmoins, leur instinct de survie leur signala que l'existence même de cette porte était louche, de même pour la galerie dans son entiereté, en fait. Mais ils ne l'écoutèrent pas et s'approchèrent, sans prendre de précautions, de la porte.
Il y avait un probleme.

- Il y a un probleme. signala Arnaud
- Je sais, j'ai entendu le narrateur le dire, répondit Thierry

Il n'y avait pas de poignée à la porte.

- Il n'y a pas de... commença Arnaud
- Je sais, je sais, l'interrompit Thierry

Ils restèrent ainsi, pantois, devant la porte.
Longtemps.
Très longtemps.
Tellement longtemps que Thierry s'impatienta.

- Arnaud ? demanda-t-il
- Oui ?
- Pourquoi on reste immobile aussi longtemps ?
- Parce que le narrateur l'a dit.
- Ha.

Le silence se réinstalla, mais même Thierry ne chercha pas à le déloger par la force.

- Faudrait peut-être faire quelque chose, on va finir par s'endormir, sinon. remarqua Arnaud
- Ouais. confirma Thierry
- Mais quoi ? demanda Arnaud
- Je ne sais pas, moi... hum... répondit Thierry
- Moi non plus, c'est dommage, hein ? lança le mineur
- Certes oui, c'est même dérangeant. dit Thierry
- Mais vous ne savez vraiment pas quoi faire avec cette porte ?
- Bah non : elle n'a pas de poignée. répliqua Arnaud
- Et vous ne pouvez pas la défoncer ?
- Non, une porte, ça s'ouvre en tournant une poignée. assura Thierry
- Mais moi, je suis sûr qu'on peut les ouvrir en les défonçant. Je l'ai déja fait, foi de mineur.

Le silence qui s'ensuivit eut une saveur particulière - mais en fait, c'était sûrement parce qu'il revenait d'une après-midi barbecue avec des potes. Néanmoins, il permit à Thierry de prendre conscience d'un fait.
Il regarda intensément Arnaud, puis la porte, puis un mur, puis...
"Non, je rêve, c'est pas possible" pensa-t-il, avant de porter - avec précaution, il est fragile - son regard vers le personnage qui trônait à côté de lui.

Sa réaction fut spectaculaire. Non content de pousser un cri où effroi et joie malsaine se retrouvaient, il saisit avec force le bras du mineur claustrophobe et se mit à sautiller sur place, une lueur de folie à peine contenue dans l'oeil. Oui, vraiment, ce voyage avait ébranlé ses nerfs.

- Hé ! Un uniforme presque neuf ! Arrêtez-ça ! couina le mineur
- Oui, il a raison, Thierry, ça ne se fait pas, ça.
- Gnéhéhéhéhéhéhéhéh ! ricana Thierry pour toute réponse

Ils durent attendre qu'il ait fini son numéro pour avoir une conversation pensée. Enfin, à peu de choses près.
En désespoir de cause, Arnaud dirigea la conversation. Il avait retenu certaines choses qui l'intriguaient.

- Heu... fit-il
- Oui ? demanda le mineur
- Heu... continua Arnaud
- Ho, c'est tout simplement à cause de la Liste de Permission du... répondit-il à la question pas encore formulée d'Arnaud
- Heu... l'interrompit Arnaud
- Et bien en fait, vu votre passé mouvementé, je suppose que vous vous doutiez que vous étiez surveillé par tout un tas d'organismes, dont celui qui m'emploie, ce qui explique que je connaisse votre nom.
- Heu...

Il fallut un certain temps à Arnaud pour se rendre compte que les deux questions qu'il voulait poser, à savoir "Pourquoi creusiez-vous sous ma maison ?" et "Comment connaissez-vous mon nom ?" avaient déja reçu une réponse, ce qui le laissa à peu près perplexe. Mais après tout, il n'était pas à une bizarrerie près.
Mais Thierry, lui, était singulièrement bouleversé par la situation.

- Mais... Comment avez-vous pu savoir quelles questions nous voulions vous poser ? explosa-t-il
- Ho, c'est simple : j'ai lu les Feuilles De Notes de la narration.
- Les... feuilles de notes ?
- Non, non, les Feuilles De Notes, avec les majuscules.




Lu - Johnny

Posté : lun. 20 févr. 2006 - 15:22
par Johnny
Toujours aussi débile ce .

Tout va bien.

Posté : mer. 22 févr. 2006 - 22:52
par FunRAM
Plouf
Rien (partie I)

Après que le narrateur eut pris des mesures pour empêcher les personnages de regarder par-dessus son épaule, le problème se reposa : ils ne savaient quoi faire.
La porte restait délibérément fermée. Aucune poignée ne voulait pousser, et le drame, c'était que Thierry ne semblait pas prêt à partir tant qu'une poignée n'aurait pas poussé sur la porte.
Pendant qu'Arnaud cherchait du terreau et de l'eau - parce qu'une poignée, ça allait pas sortir comme ça d'une porte -, le mineur discutait. Comme ça. Pour se distraire.

- ... oui, et comme je vous le disais justement, si on se préoccupe de l'augmentation considérable des prix des canapés par rapport à celle de accidents survenus à cause d'eux, on se rend compte que c'est peut-être la plus grande arnaque de l'histoire, ce meuble ! D'ailleurs...
- Vous n'avez pas d'autre sujet de discussion que les canapés ? demanda soudain Thierry, agacé
- Ah mais si ! répondit avec entrain le mineur, heureux de constater qu'on l'écoutait, J'en ai plein d'autres : les abat-jour, les fauteuils, les tables, les...
- On en restera aux canapés, je crois... répondit d'un ton morne Thierry
- Ah, bien, comme vous voudrez. Donc, figurez-vous que les nouveaux modèles ont inclus un couvre canapé en motifs de fleurs et...

Tandis que le mineur tissait le fond sonore de sa voix enjouée et androgyne, Arnaud en était venu à s'approcher d'une paroi. Il en regardait les fines aspérités, les délicates rainures, les superbes cavités, les splendides fissures, les géniaux boulons.
Il mit un certain temps avant de comprendre ce que ses yeux lui envoyaient.

- Thierry ? demanda-t-il
- ... mais c'est évidemment impensable, imaginez donc ! Un bleu, oui, réellement...
- Quoi ? répondit Thierry, au bord de la crise de nerfs
- ... un tel blasphème ! Figurez-vous que certains, même...
- Il y a des boulons dans la paroi rocheuse. signala Arnaud

Un silence se serait bien installé sans le mineur qui déblatérait encore et toujours sa litanie canapéesque.

- ... quand on pense qu'un canapé d'élevage est nourri pendant des années à la viande humaine défraîchie...
- Qu'est-ce que tu dis ? réagit finalement Thierry
- ... alors qu'il suffirait de quelques...
- Je dis qu'il y a des boulons dans la paroi rocheuse ! répéta Arnaud
- ... et encore, nous ne serions pas tirés d'affaire...

Thierry s'approcha de la paroi qui lui faisait face et en observa les fines aspérités, les délicates rainures, etc, jusqu'à tomber sur les géniaux boulons. Il en resta comme un rond de flan - l'autre rond avait été piqué par le silence qui avait un creux.
Et il fut encore plus éberlué lorsqu'Arnaud déclara :

- Et en fait, il y a une poignée, ici !

Pour la première fois de ce chapitre, le silence s'installa. Il fut chassé rapidement - les lois sur le logement ayant subi une soudaine rigidification - par le mineur.

- Et bah voilà, c'est là, qu'elle est, votre porte !
- ... répondit Thierry
- ... répondit Arnaud, pour qui le mimétisme était élevé au rang d'art majeur

Lentement, ils poussèrent la porte...



Lu - Johnny

Posté : ven. 03 mars 2006 - 14:42
par Lievre Sagace
et... ?

vivement un complot international ou une attaques de cintres , là !

Posté : ven. 03 mars 2006 - 17:54
par FunRAM
Ah bah désolé, hein, ça sera pas avant la semaine prochaine : TPE.
Vraiment désolé, hein, mais ces espèces d'empâfés de profs nous ont prévenus à la dernière minute.

Posté : ven. 03 mars 2006 - 18:21
par Glaüx Le Chouette

Posté : ven. 03 mars 2006 - 19:13
par Eric Num
Surtout ceux qui ont des palmes.
Glaüx ne les a pas encore, mais il a déjà les plumes.


(je fournis le goudron)

Posté : ven. 03 mars 2006 - 21:55
par Lievre Sagace
Pas moyen de marier TPe et nouvel épisode ???

Un lecteur marri.

Posté : ven. 03 mars 2006 - 22:11
par FunRAM
On va voir ça si je suis motivé et si j'abat autant de boulot que ça tous les soirs.
Là, personnellement, je suis lessivé et j'ai besoin d'une orangeade ou d'une quelquonque autre boisson fortement rafraichissante.

Et oui, tous des connards, ces profs de merde.

Posté : ven. 03 mars 2006 - 22:25
par Glaüx Le Chouette
Des enfoirés de connards de leur mère le jokari en gaz de prout.


Mais n'oublie pas que tu as un fan prof.

Posté : ven. 03 mars 2006 - 22:27
par Lievre Sagace
Euh non en fait je désirais simplement savoir si intégrer un Tpe dans le nouvel épisode ou le nouvel épisode dans le TPE était technioquement réalisable...
En fait quand on a deux oeuvres de commande dont l'une fait appel a ton abnégation et l'autre à l'enthousiasme pour quoi ne pas faire d'une pierre deux coups en n'en publiant qu'une seule ?

Bein sur je divague comme ces chat auquel dont il est prétendument interdit de faire la chose icelle. N'empêche. Moi je fus jadis un provocateur subtil qui savait mettre hors d'eux-mêmes les honorables titulaires des chaires du savoir imposé tout en amenant un sourire enjolivé sur leurs faces huileuses.

Mais bon maintenant c'est plus la méthode "Coups de Barre de Fer dans la Face". Alors n'anticipons point. J'attendrai cet épisode le temps qu'il faudra et j'invoquerai les mânes de Douglas Adams pour qu'elles t'assistent.

Posté : ven. 03 mars 2006 - 23:16
par FunRAM

Posté : sam. 04 mars 2006 - 00:01
par Eric Num

Posté : sam. 04 mars 2006 - 04:36
par Lievre Sagace
Je vais devoir m'aider du générateur d'improbabilités pour la retrouver la subtile référence...

Ce serait pas un "é" comme celui qui se trouve au commencement du 2e paragraphe à la page 174 de "La Vie L'Univers et le reste" ? A tout hasard.

Posté : sam. 04 mars 2006 - 11:54
par FunRAM

Posté : lun. 13 mars 2006 - 19:10
par FunRAM
Plouf
Rien (partie II)

On a longtemps vu l'Enfer comme un lieu désagréable, où règnent les flammes et les démons corrupteurs, où les tortures et les bourreaux des damnés éternels sont légions, où des êtres impitoyables s'en prennent aux âmes des pauvres hères qui s'y retrouvent à cause de leurs actions, leur destinée ou quelque autre chose que ce soit. Enfin, même si on a encore plus longtemps, durant la supprématie greco-romaine sur le pourtour médditéranéen, considéré les Enfers comme un havre de paix où les morts trouvent le repos éternel auprès de Pluton.
Mais depuis le début de cette croyance, il s'est trouvé des gens pour contester cette image de l'Enfer. Certes, l'Enfer se doit d'être un lieu fort désagréable pour qui y séjourne, mais il est d'autres solutions que les flammes éternelles et les tortures pour expier les pêchés des fautifs durant l'éternité. Depuis le milieu du XXème siècle, on voit partout, dans les livres, les peintures, les films, des représentations originales de l'Enfer, où la torture morale et mentale occupe la place de la torture physique, où tout est figé, ou bien d'autres visions nouvelles de ce lieu. En général, les créateurs de ces visions sont adulés pour leur originalité et entraînent malgré eux des mouvements sectaires pseudo-philosophique basé sur ces visions.
Il est bien dommage que tous ces visionnaires se trompent et que l'Enfer soit effectivement un lieu désagréable, où règnent les flammes et les démons corrupteurs, où les tortures et les bourreaux des damnés éternels sont légions, où des êtres impitoyables s'en prennent aux âmes des pauvres hères qui s'y retrouvent à cause de leurs actions, leur destinée ou quelque autre chose que ce soit.
Il est encore plus dommage qu'il se situe juste dérrière la porte que Thierry, Arnaud et le mineur viennent de pousser.

- Ah ben ça alors, qu'est-ce que c'est ? demanda en toute innocence Arnaud
- Ca, dit Thierry, c'est l'Enfer, un lieu désagréable...
- Pas la peine de répéter ce que a narration vient de dire, ça devient lassant, à la fin ! le coupa le mineur claustrophobe
- Ho, bon, c'est bon, ça va.

Il y eu un moment de flottement. Puis les paroles de la narration prirent tout leur sens dans l'esprit des trois compagnons de galère.
Le hurlement qui s'en suivit ébranla la structure même de l'Enfer - enfin, en vrai, elle n'eut aucune autre répercussion que de réveiller un démon un poil fainéant qui croyait entendre son supérieur le gronder, mais ça fait toujours bien de mettre ce genre de formules.
Puis, ils fermèrent la porte.

- Mais qu'est-ce qu'on va faire, qu'est-ce qu'on va faire, qu'est-ce qu'on va faire, qu'est-ce qu'on va... répétait sans cesse Thierry, au bord de la crise de nerfs - et qui va bientôt y tomber en plein dedans s'il fait pas gaffe, en plus que c'est pas très propre, un nerf
- Ho la vache, on a eu chaud ! lança Arnaud
- ... faire, qu'est-ce qu'on va faire, qu'est-ce qu'on va faire, qu'est...
- C'est le cas de le dire, héhé ! répondit le mineur dans une maigre tentative de relever l'ambiance
- ... -ce qu'on va faire, qu'est-ce qu'on va faire, qu'est-ce qu'on... récitait comme une litanie un Thierry surexcité
- Hum... faudrait voir à avancer, quand même, on ne peut pas rester là à ne rien faire. remarqua avec justesse - c'est suffisament rare pour être souligné ! - Arnaud
- ... va faire, qu'est-ce qu'on va faire, qu'est-ce qu'on va faire...
- Ouais, c'est pas faux... Si l'autre abruti voulait bien arrêter de répéter la même chose !

Cette remarque du mineur s'accompagna d'un coup de poing sur la tête de Thierry.

- Mais vous ne comprenez pas ? hurla Thierry, tel un dément. Nous sommes à dix centimètres de l'Enfer ! Qu'est-ce qu'on va faire ?
- C'est justement ce que nous voulons savoir ! répondit sur le même ton le mineur

Pendant que le-dit mineur et Thierry participaient au concours des plus gros hurleurs, Arnaud, comme à son habitude, flânait en regardant le décor. Et, comme d'habitude, il remarqua le premier un élément capital de manière forfuite, simplement en s'appuyant contre un mur.

- Et, mais... Il n'y avait pas une porte, ici ? demanda-t-il, en montrant l'endroit où il s'appuyait

Cette remarque coupa court - d'un coup sec de ciseaux admirablement bien maniés par la narration - aux hurlements des deux cinglés. Ils levèrent les yeux vers Arnaud et remarquèrent alors la teinte verdâtre des murs, l'absence de la porte menant à l'Enfer, le sol spongieux et le plafond s'apparentant à l'idée qu'on se ferait d'un marécage vu de dessous.
Puis leurs yeux reconvergèrent vers Arnaud.

- Arnaud ?
- Oui ?
- Tu es en train de te transformer en pinguin.

Posté : mar. 14 mars 2006 - 00:12
par Eric Num
*Bande*

Bah oui, l'enfer... Satan l'habite.


Oui mais en même temps, là où il y a de la géhenne, y'a pas de plaisir.


Damn !

Posté : jeu. 08 juin 2006 - 20:47
par FunRAM