Chronique nordique.

poster des trucs pour le Zine, proposer ses textes : chroniques, parodies, dessins, BDs, humour de toutes sortes, articles, brèves, mots d'humeur c'est ici...

Modérateur : Modéro éro petit patapo

glop-glop
lapin invisible...
Messages : 908
Enregistré le : mer. 15 mars 2006 - 21:49

Chronique nordique.

Message non lupar glop-glop » jeu. 25 oct. 2007 - 19:34

1977.

"Montre-moi, s'il te plaît" lui avait demandé Jukka.
Jaana aimait bien Jukka, et elle lui aurait bien montré, mais elle ne voulait pas qu'il aille dire aux autres qu'elle lui avait montré.
Alors elle avait dit qu'elle ne voulait pas.

***

En cette veille de jour de l'An, la maman de Jaana lui avait dit d'aller chercher de la cardamome au K.Market, le supermarché de Martinlaakso, pour pouvoir préparer des beignets pour le grand dîner du soir. Elle n'aimait pas beaucoup sortir, car elle était grosse, vraiment très grosse.
Parfois Jaana avait un peu honte de sa maman, mais Jaana aimait bien sa maman quand même, elle était très populaire auprès des gamins du quartier, parce que de temps en temps elle se mettait à la fenêtre et invitait tout le monde à venir manger des beignets en buvant du sirop à l'eau. Et tous les gosses se serraient dans le petit appartement.
Jaana avait de longs cheveux couleur paille, de grandes guiboles un peu arquées, des genoux cagneux et un air de grand échalas un peu gauche. Comme elle n'avait pas de combinaison moderne, elle mit un grand soin à accumuler les couches de vêtements, car il faisait grand froid au dehors.
Elle revêtit sa cagoule, et sortit sur le pas de la porte. Elle entendit alors des hurlements venant de l'appartement de la maman de Pietu. Ele tendit l'oreille pour écouter les insultes, mais c'était pour rien, parce qu'elle les connaissait toutes.
"Pute" c'était celle que préférait le monsieur qui vivait avec la maman de Pietu, celle-là Jaana la connaissait aussi bien sûr, mais elle ne savait pas exactement ce que ça pouvait bien vouloir dire. Elle se le répéta plusieurs fois dans la tête "pute! pute! pute!"
Ca sonnait bien.
Jaana était bien contente que sa maman, même si elle était trop grosse, ne soit pas comme celle de Pietu, qui sentait mauvais et buvait de la vodka toute la journée.

Jaana poussa la porte d'entrée vitrée de l'immeuble, et, aussitôt dehors, le froid lui figea le bout du nez, qu'elle avait assez long. Elle souffla un jet d'air vers ses narines pour le réchauffer.
Il avait neigé pendant la nuit, et le sol était presque immaculé, seules quelques traces de pas largement enfoncées marquaient le manteau neigeux.
C'était joli quand la neige était propre, ça donnait un air de gaieté à cet ensemble de barres d'immeubles un peu tristes.
Dans le bosquet, les garçons s'appliquaient à construire un igloo en tassant la neige. Ils étaient tellement pris par leur activité qu'ils ne remarquèrent même pas son passage.
Jaana filait au plus court à travers les arbres pour gagner du temps parce qu'elle avait vraiment froid. Mais elle s'enfonçait davantage dans cette neige dont les basses couches n'avaient pas été foulées, et elle se dit qu'elle avait mal calculé son coup, parce qu'elle allait finir par se mouiller les pieds si la neige entrait dans la doublure de ses bottes.
Comme elle se dandinait pour extirper ses pieds de la neige, elle respirait fort, et l'air glacial lui brûlait davantage encore les narines. Quand elle rejoignit enfin le trottoir, elle se sentit allégée et passa vite l'arrêt de bus. Devant le supermarché, la neige était verglacée à cause du piétinement des clients, et elle fit bien attention à ne pas glisser.
Elle ôta sa cagoule et ses gants en entrant, car le magasin était très bien chauffé. Comme Jaana avait l'habitude de faire des commissions pour sa maman, elle trouva sans peine ce qu'il lui fallait dans les rayonnages. Ellle se dépêcha de rejoindre la caisse, mais il y avait la queue et elle commença à avoir horriblement chaud. Et puis son collant en laine la démangeait affreusement. Heureusement, son tour vint assez rapidement et elle présenta fièrement l'épice à la caissière. elle prit sa monnaie sans la recompter, quoiqu'elle sache très bien ses opérations, car bien sûr Jaana était grande, puisqu'elle avait 10 ans, et la fourra dans le fond de sa poche avec la cardamome.
Sur le chemin du retour, elle opta pour un cheminement moins direct mais plus praticable.
Au loin les garçons étaient toujours affairés autour de leur igloo.


La pâte à beignet était prête, et la maman de Jaana attendait juste la cardamome pour enfourner. Elle félicita sa fille pour avoir fait si vite. Jaana demanda si elle pouvait aller jouer avec sa luge et sa maman lui dit d'attendre que les premiers beignets soient cuits pour qu'elle puisse en emporter. Jaana trépignait d'impatience, elle ne voulait pas trop se dévêtir pour ne pas avoir à se rhabiller complètement, et elle suffoquait à moitié.
Enfin, les beignets furent sortis du four et la maman de Jaana les plaça encore fumants dans un morceau de papier d'aluminium qu'elle replia soigneusement avant de les lui confier. Aussitôt, Jaana s'en empara, les plongea dans la poche de sa veste, et, la luge dans les mains, dévala les escaliers. Elle buta sur Pietu qui était assis là sur les marches, blotti contre le mur.
Ca continuait à crier fort à l'intérieur où l'on menaçait d'en arriver au sang, et Pietu tentait tant bien que mal de se boucher les oreilles.
Pietu était un petit garçon minuscule, mais doté d'une tête énorme. Son visage était large comme celui d'un poisson des profondeurs. Il avait 5 ans, ce qui représentait la moitié de l'âge de Jaana, mais il ne parlait qu'avec des mots d'une ou deux syllabes, quoique la plupart du temps il grognait simplement en agitant la tête frénétiquement.
Dehors, la morsure du vent glaça Jaana, en dépit de ses gants elle sentait à peine ses doigts qui étaient comme tétanisés, elle sautillait tout en marchant, pour se réchauffer.
Quand elle passa devant l'igloo, Jukka se tenait seul devant l'entrée, les autres garçons étaient partis. Il l'apostropha : "Hé Jaana, hé !" "Tu veux venir voir l'intérieur ?"
Il faisait vraiment très froid, et ce ne serait peut être pas si amusant que ça de faire de la luge aujourd'hui.
Alors Jaana avait accepté l'invitation de Jukka.


A l'abri sous la neige, il faisait bon. Jaana avait presque chaud maintenant. Elle avait enlevé sa grosse veste.
Jukka en avait profité pour redemander. Et puis il avait bien promis de ne le dire à personne. Juré, craché.
Jaana hésita tout de même à montrer sa culotte, et puis elle se dit que celle-ci était propre, ce qui évidemment n'était pas toujours le cas, puisqu'elle avait été la veille au sauna collectif avec Heidi Vikström. Alors Jaana avait retiré son pantalon et baissé son collant en laine qui la démangeait depuis trop longtemps. Encouragée par Jukka elle avait finalement franchi le dernier pas et avait fait glisser sa culotte à mi-cuisses.
Juka s'était rapproché pour mieux voir, il avait allumé sa lampe de poche, parce que tout de même on n'y voyait pas clair du tout la dessous, et que ce qu'il y avait à voir méritait un nettement meilleur éclairage. La bouche grande ouverte, la lèvre pendante, il regarda un long moment.
Et puis , brusquement, il s'était mis à rire, cet idiot ! Qu'est-ce que son minou avait de drôle ? Toutes ses amies étaient faites pareil ! Est-ce qu'elle riait comme une idiote, elle, quand un garçon sortait son zizi pour faire pipi contre un arbre ? Non, elle regardait et puis c'était tout !
Elle releva vivement son collant en laine sur sa culotte à moitié remontée. Jukka répétait maintenant "J'ai vu la chatte de Jaana ! J'ai vu la chatte de Jaana !"
Quel idiot ce Jukka, comme elle avait été bête de lui montrer !
Dans une colère noire, Jaana termina tant bien que mal de se rhabiller et sortit à quatre pattes de l'abri de neige. A l'intérieur, Jukka, inlassable, entonnait toujours son refrain.
"Tais-toi idiot !" lui criait Jaana à travers la paroi.
Elle pleurait de rage, elle avait tellement honte ! Tous les garçons allaient se moquer d'elle maintenant ! Ils essaieraient peut-être même de lui descendre sa culotte de force ou par surprise.
C'était une catastrophe. Encore pire que la fois où elle avait voulu faire caca discrètement dans le lac et que son caca était remonté à la surface au milieu des baigneurs.
Personne ne l'avait crue quand elle avait nié, et là ce serait pareil, personne ne la croirait non plus. C'était terrible !
Ah, elle aurait voulu tuer cet imbécile de Jukka si elle avait pu, mais il était fort, il savait même donner des coups de poing !
Folle de rage elle escalada le tumulus et se mit à frapper du pied sur la neige en insultant Jukka.
Malgré ses invectives, Jukka, hilare, paraissait ne jamais devoir se lasser.
Et puis, tout d'un coup, la voûte précaire s'effondra sous le poids de Jaana, sans faire un bruit.
Dans la neige jusqu'aux cuisses, Jaana s'en dégagea difficilement. Ca y est , elle avait de la neige dans ses bottes, elle aurait les pieds mouillés pour de bon ! Décidément tout allait de travers aujourd'hui ! L'esprit occupé par ses jérémiades, Jaana mit un moment à se rendre compte qu'un changement majeur était survenu.
On n'entendait plus Jukka.


Il était plus de trois heures, la nuit commençait déjà à tomber, il faisait de plus en plus froid, et Jaana eut faim.
Elle aurait bien mangé quelque chose.
A se moment là, elle se rappela les beignets.
Elle sortit de sa poche le paquet que lui avait préparé sa maman et défit le papier d'emballage. Elle mordit dans un beignet et fit craquer sous ses dents un grain de cardamome.
La bouche emplie de la pâte lourde de l'épais beignet, Jaana se promit de se méfier davantage des garçons à l'avenir.

Avatar de l’utilisateur
Bubble's Talks
quintessence ultime
Messages : 3906
Enregistré le : mer. 02 juin 2004 - 14:50

Message non lupar Bubble's Talks » jeu. 25 oct. 2007 - 21:36

... ?
de quoi ? une nouvelle chronique ?
...
.
.
.......
MAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGE AMENE-TOI JE LA TIENS !!!

Avatar de l’utilisateur
Maaarge
fumier de lapin
Messages : 540
Enregistré le : mar. 13 mars 2007 - 22:43

Message non lupar Maaarge » jeu. 25 oct. 2007 - 21:41

Allélouïaaaaaaaaaaaa!!!!!!
Ben euh, c'est-à-dire que, euh....

Avatar de l’utilisateur
Maaarge
fumier de lapin
Messages : 540
Enregistré le : mar. 13 mars 2007 - 22:43

Message non lupar Maaarge » ven. 26 oct. 2007 - 11:38

J'attends l'épisode n°1978 maintenant. D'ailleurs ils sont où les 1976 épisodes précédents?
Ben euh, c'est-à-dire que, euh....

Avatar de l’utilisateur
Phiip the only Phiip
Le type qui fait les lapins, là...
Messages : 13019
Enregistré le : lun. 26 août 2002 - 17:48

Message non lupar Phiip the only Phiip » ven. 26 oct. 2007 - 12:15

Les nordiques, c'est pas des gens comme nous.

Avatar de l’utilisateur
Bubble's Talks
quintessence ultime
Messages : 3906
Enregistré le : mer. 02 juin 2004 - 14:50

Message non lupar Bubble's Talks » dim. 28 oct. 2007 - 00:22

Faudra attendre la prochaine inversion des pôles pour vérifier, car je ne compte pas monter là-haut pour ce faire.

Avatar de l’utilisateur
Maaarge
fumier de lapin
Messages : 540
Enregistré le : mar. 13 mars 2007 - 22:43

Message non lupar Maaarge » mer. 31 oct. 2007 - 11:41

"A la une du zine"


Ayé! La chronique nordique de Glop Glop est publiée dans le zine agrémentée de zôlis illustrations de Puyo. Tout ça, c'est trop de bonheur, snif....

Image
Ben euh, c'est-à-dire que, euh....

glop-glop
lapin invisible...
Messages : 908
Enregistré le : mer. 15 mars 2006 - 21:49

Message non lupar glop-glop » mer. 31 oct. 2007 - 12:13

Mais heu ! C'est trop de bonheur !
Bientôt la suite ...

Avatar de l’utilisateur
puyo
ourse verte
Messages : 5387
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003 - 02:06

Message non lupar puyo » mer. 31 oct. 2007 - 12:21

Hourra !

Voilà de la chronique qui réchauffe le coeur !
Kouin, le doublon négatif

Tiens, ça ferait une bonne blague canard, ça !

Avatar de l’utilisateur
Phiip the only Phiip
Le type qui fait les lapins, là...
Messages : 13019
Enregistré le : lun. 26 août 2002 - 17:48

Message non lupar Phiip the only Phiip » mer. 31 oct. 2007 - 12:46

Whaaaaaa... avec des illustrations pareilles,
ça va faire un carton !

glop-glop
lapin invisible...
Messages : 908
Enregistré le : mer. 15 mars 2006 - 21:49

Message non lupar glop-glop » mar. 15 juil. 2008 - 12:55

1980


Merja avait un visage agréable, quoique d'allure nettement chevaline, avec une grande bouche sensuelle et de beaux yeux gris qu'elle ne maquillait pas.
Ses vêtements austères ne lui rendaient pas justice, et elle paraissait beaucoup plus que ses 27 ans. Il faut dire qu'elle se tenait voutée, comme si le poids des soucis pesait physiquement sur sa nuque. La courbure s'accentuait habituellement en fin de mois, quand le manque d'argent se faisait plus criant.
Une fois encore Merja recompta sa monnaie. Il manquait cinq pennies pour acheter le paquet de lait. Elle serra nerveusemnt le pain oblong et mou qu'elle tenait à la main. Devait-elle reposer le pain et garder le lait pour le petit-déjeuner des enfants ? Une bouffée de chaleur lui remonta au visage. Elle résista tant bien que mal à l'émotion qui la submergeait. Elle ne devait surtout pas pleurer, pas ici. Quand elle présenta le pain, la caissière demanda perfidement si c'était tout et lança avec un air de triomphe un regard entendu aux habituées. Merja baissa la tête un peu plus, et sentit ses jambes vaciller. Partir, ne pas se retourner. Vite !
Et pourtant elle devrait revenir, et toutes ici savaient maintenant qu'elle n'avait plus de quoi nourrir convenablement ses enfants. C'était l'humiliation suprême pour une mère de famille.
Le clapotis de la neige boueuse sous ses pas annonçait le retour du printemps. Arrivée devant la maison sans charme du lotissement où ils s'étaient installés à la naissance de Taina elle se mit à maudire ce tas de briques et de planches pour lequel ils avaient fait tant de sacrifices et qui les tenait solidement dans la misère.
Elle avait 15 ans seulement quand elle avait rencontré Jurma, son mari, au pied des HLM de Martinlaakso. Elle n'avait jamais espéré une vie aventureuse. Des enfants et une maison, créer un vrai foyer, c'était son unique rêve à cette époque, sans doute parce qu'elle avait été abandonnée par son père biologique...
Jurma travaillait comme chauffeur routier, il embauchait à cinq heures du matin, et ses journées se terminaient à 14 heures. Avant, Merja lui préparait un casse-croute pour 10 heures, ce n'était plus possible maintenant. Il n'allait plus tarder. Elle essaya tant bien que mal de se composer un visage quand elle l'entendit ouvrir la porte du garage, pour qu'il ne voie pas qu'elle avait pleuré. Ca le mettait en colère.
Quand il se mit à table elle lui présenta mécaniquement le plat de purée de pois-cassés et une tranche de pain. C'était vraiment ce qui se faisait de moins cher pour se remplir le ventre, car même de la nourriture pour chiens ils n'auraient pas pu se permettre d'en manger.
Après avoir à peine entamé son assiette, Jurma la repoussa et resta longuement silencieux. Puis brusquement il apostropha Merja qui fixait la nappe en redoutant un accès de colère de son mari. Il était calme. Il lui dit simplement "Tu veux le faire ?" et elle hocha la tête.
Jurma brancha le tuyau d'arrosage sur le pot d'échappement et il l'introduisit dans l'habitacle en scotchant soigneusement la vitre entrouverte. Quand il démarra, Merja eut une quinte de toux. Il aurait été encore temps de renoncer, mais les enfants seraient mieux sans eux, ils seraient placés dans une institution où on saurait s'occuper d'eux et bien les nourrir. Jurma à ses côtés était impassible, il avalait goulument l'air vicié par le gaz carbonique. Il ne laissait rien paraître de ses émotions, et Merja se demanda s'il en avait d'ailleurs jamais éprouvé. Elle commença à se sentir partir, sa tête était tellement lourde... Jurma, les yeux mi-clos paraissait mieux résister.
La fin était proche... c'était la délivrance...

Une magistrale paire de gifles la réveilla. Jurma écumait littéralement : "Chatte, satan, enfer !"
Merja hébétée ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Le moteur était silencieux, Jurma avait ouvert les portières.
La panne sèche était somme toute logique, Jurma ne mettait que quelques marks d'essence à chaque "plein".
Elle se mit à pleurer. La mort ne voulait pas d'elle et les enfants n'allaient pas tarder à rentrer de l'école.
"Vas-y, pleure ! Tu n'es bonne qu'à ça", hurla Jurma en claquant la porte du garage.
Jurma avait soif maintenant, très soif, il voulait boire. Arrivé dans la cuisine une évidence lui revint à l'esprit : cela faisait des mois que plus une goutte d'alcool n'avait franchi le pas de cette porte, faute d'argent.
Le goût de la vodka, ou même de la bière Jurma l'avait presque oublié. Alors, Jurma appliqua ses mains sur le mur et donna un franc coup de tête dans les briques, et il recommença jusqu'à ce que le sang s'écoule sur son visage.
Mais cela n'apaisa pas sa soif, et Jurma, de désespoir, se mit à pleurer.

Avatar de l’utilisateur
Alain Farctus
touriste aux os lourds
Messages : 65
Enregistré le : mer. 18 mars 2009 - 18:23

Message non lupar Alain Farctus » mer. 18 mars 2009 - 20:54

Si on remplace Jaana par Carla et Jukka par Nicolas, tout devient soudainement clair.

Image
Alain

On va tous crever, YOUPIIIIE !!!!!

Les Amis de San-Antonio

Avatar de l’utilisateur
Bubble's Talks
quintessence ultime
Messages : 3906
Enregistré le : mer. 02 juin 2004 - 14:50

Message non lupar Bubble's Talks » mar. 24 mars 2009 - 02:02

J'achete.
Où pourrais-je me procurer ce clébard de plage arrière ? s'il vous plait.

Avatar de l’utilisateur
Alain Farctus
touriste aux os lourds
Messages : 65
Enregistré le : mer. 18 mars 2009 - 18:23

Message non lupar Alain Farctus » mar. 24 mars 2009 - 20:17

Bubble's Talks a écrit :J'achete.
Où pourrais-je me procurer ce clébard de plage arrière ? s'il vous plait.

C'est pas compliqué : tu fais un clic droit sur l'image, "Enregistrer la photo sous..." dans le menu con et nez en moins textuel et hop !

Et maintenant, une question hautement philosophique pour mieux nous endormir ce soir :

Image
Alain

On va tous crever, YOUPIIIIE !!!!!

Les Amis de San-Antonio

Avatar de l’utilisateur
Bubble's Talks
quintessence ultime
Messages : 3906
Enregistré le : mer. 02 juin 2004 - 14:50

Message non lupar Bubble's Talks » mar. 24 mars 2009 - 23:52

Alain Farctus a écrit :C'est pas compliqué : tu fais un clic droit sur l'image, "Enregistrer la photo sous..." dans le menu con et nez en moins textuel et hop !


Nan, je me suis mal exprimé.
Je veux le même à mettre sur la plage arrière de ma woiture. (et ce même si c'est fabriqué en chine au détriment de nos pauvres travailleurs que ca fait pourtant 30 ans qu'ils bossent pour etc. enfin la sauce habituelle...)
Pas une photo. De toute facon je sais pas cliquer, c'est trop compliqué.

Avatar de l’utilisateur
Alain Farctus
touriste aux os lourds
Messages : 65
Enregistré le : mer. 18 mars 2009 - 18:23

Message non lupar Alain Farctus » lun. 11 mai 2009 - 23:33

Image
Alain

On va tous crever, YOUPIIIIE !!!!!

Les Amis de San-Antonio

Avatar de l’utilisateur
Bubble's Talks
quintessence ultime
Messages : 3906
Enregistré le : mer. 02 juin 2004 - 14:50

Message non lupar Bubble's Talks » mar. 12 mai 2009 - 23:57

Le vrai site d'Alain : http://depanne.free-h.net/

Sans rancune, j'aime les branleurs en general, les lapins en particuliers.

Avatar de l’utilisateur
Claudia Pepita
ours on méclés ?
Messages : 1560
Enregistré le : sam. 11 juin 2005 - 17:47

Re: Chronique nordique.

Message non lupar Claudia Pepita » ven. 22 mai 2009 - 15:11

J'aime bien le texte, sinon.

Ca a un p'tit goût d'aneth.
The point of life is not to reach the grave in one piece, but to skid to a stop, tires screaming and engine smoking and screaming "DAMN, WHAT A RIDE!"


Retourner vers « contributions au Zine »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités