littérature

Parler de littérature, de bandes dessinées, de cinéma, etc. C'était un peu évident dans le titre, mais bon...

Modérateur : Modéros manichels

Avatar de l’utilisateur
Eric Num
ultra lapin
Messages : 2125
Enregistré le : mer. 18 sept. 2002 - 18:42

Message non lupar Eric Num » jeu. 23 août 2007 - 22:02

Bob Boutique a écrit :Bravo Eric-Num ! C'est ta chatte Wendy qui te l'a soufflé à l'oreille ?
Rien que pour vérifier... vers quelle époque, cette phrase remarquable a t-elle été dite ?

Non, c'est sa fille. Entre 1958 et 1959 :mrgreen:
Bon, moi, je vais chercher la pelle

Avatar de l’utilisateur
Eric Num
ultra lapin
Messages : 2125
Enregistré le : mer. 18 sept. 2002 - 18:42

Message non lupar Eric Num » jeu. 23 août 2007 - 22:10

le géant ver a écrit : Et toi ?

Un pour tous, tous bourrins.
Bon, moi, je vais chercher la pelle

Avatar de l’utilisateur
Styx
lapin déterré
Messages : 874
Enregistré le : sam. 02 oct. 2004 - 13:04

Message non lupar Styx » ven. 24 août 2007 - 00:01

Ça veut dire quoi subtil ?
Je suis un caillou, un vrai caillou.

Avatar de l’utilisateur
César
ultra lapin
Messages : 2071
Enregistré le : sam. 28 avr. 2007 - 01:00

Message non lupar César » ven. 24 août 2007 - 00:02

C'est comme le subconscient, mais en pas pareil.
[url=http://img107.exs.cx/img107/1391/ahhhhhhh9hv.swf]Inquiétant? Sadique? Masochiste? Méchant? Geek?
Jeune?
[/url]

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Message non lupar FunRAM » ven. 24 août 2007 - 00:21

Styx a écrit :Ça veut dire quoi subtil ?

C'était un truc à la mode, il y a longtemps.

Mais ça mène au romantisme, alors on a abandonné l'idée.
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

Un évènement !

Message non lupar Bob Boutique » ven. 24 août 2007 - 07:10

Salut,

La vitesse avec laquelle vous avez découvert ce cher Gustave Labarbe, maire de Champignac m’a sidéré. Cela vaut bien un petit cadeau.

Aussi ai-je décidé, dans mon infinie bonté, de vous proposer non pas une blague ridicule, mais la première partie d’un véritable récit qui (j’ose le croire) fera date dans l’histoire de ce forum. Il s’intitule ‘Le commando de l’hémoglobine’. En gros, c’est l’histoire tragique de deux Sangaths coincés contre le mur d’une ferme, par une foule d’humains dégénérés et assoiffés de sang…

Il y aura une dizaine de livres, composé chacun de trente chapitres (que nous appellerons dans la terminologie de la saga – les trente glorieuses) et vous verrez que le suspense est maintenu jusqu’à la fin. Lorsque Stan Laurel et Oliver Hardy, les deux Sangaths héros, accèderont à la co-présidence de leur planète.

Si ça marche, je ferai un ‘Commando de l’hémoglobine – le retour’. Mais ne nous précipitons pas.

Je commence d’abord par un petit avant-propos pour recadrer les évènements (planète, période etc…) et enchaîne par un prologue très court. Bonne lecture.


Avant-propos

L’objectif essentiel de la nouvelle loi est la transposition en droit belge de la directive européenne 2001/29 du 22 mai 2001 sur le droit d’auteur dans la société de l’information. Cette directive visait, d’une part, à harmoniser le contenu des droits exclusifs de l’auteur en précisant leur portée dans le contexte du monde digital et en fournissant une liste des exceptions possibles aux droits exclusifs et d’autre part, à introduire une protection juridique des mesures techniques de protection des œuvres et des informations relatives aux œuvres présentées sous format électronique. Elle visait également à transposer les principales obligations internationales découlant des deux traités OMPI de 1996.Le législateur belge a profité de l’occasion pour introduire quelques autres modifications à la loi. La Belgique aurait du transposer la directive au plus tard pour le 22 décembre 2002 ce qui explique sans doute que la loi modificative soit entrée en vigueur le jour de sa publication au moniteur.Dans le présent article, seules seront envisagées les modifications en droit d’auteur mais il ne faut pas perdre de vue que des dispositions similaires ont été prévues pour les bases de données mais aussi pour les titulaires des droits voisins (ces dernières étant calquées sur les changements applicables au droit d’auteur).Précisions quant aux droits exclusifs
La loi précise, tout d’abord, que la première prérogative de l’auteur, à savoir le droit de reproduction, permet de s’opposer à toute copie de l’œuvre et ce, « qu’elle soit directe ou indirecte, provisoire ou permanente, en tout ou en partie ». Ceci permet en principe de soumettre à autorisation des actes tels qu’entre autres, le « cashing », le « browsing » ou encore les actes de copies éphémères réalisées lors de la transmission d’œuvres sur des réseaux de télécommunication.Ensuite, la loi précise que la seconde prérogative de l’auteur, soit le droit d’interdire ou d’autoriser la représentation ou la communication au public de son œuvre, comprend la « mise à disposition du public de l’œuvre de manière que chacun puisse y avoir accès de l’endroit et au moment qu’il choisit individuellement ». L’« uploading » (ou le chargement) d’un texte sur un site Internet constitue ainsi sans hésitation un acte de communication au public nécessitant l’autorisation du titulaire du droit d’auteur sur le texte.Enfin, la loi consacre expressément pour la première fois, le droit exclusif de distribution de l’auteur et du titulaire d’un droit voisin, c'est-à-dire le droit d’autoriser ou d’interdire la distribution de son œuvre ou de copies de celle-ci, avec la limite toutefois de l’épuisement. Ainsi l’article 1er de la loi de 1994 est complété par ce qui suit : « l’auteur de l’œuvre littéraire ou artistique a seul le droit d’autoriser la distribution au public, par la vente ou autrement, de l’original de son œuvre ou de copies de celle-ci. La première vente ou premier autre transfert de propriété de l’original ou d’une copie d’une œuvre littéraire ou artistique dans la Communauté européenne par l’auteur ou avec son consentement, épuise le droit de distribution de cet original ou de cette copie dans la Communauté européenne ».Les exceptions aux droits exclusifsLa nouvelle loi introduit quelques nouvelles exceptions aux droits exclusifs de l’auteur et précise quelques autres exceptions déjà présentes dans la loi de 1994.- Première exception : reproduction temporaire technique
L’auteur ne peut pas interdire les actes de reproduction provisoire qui sont transitoires ou accessoires et constituent une partie intégrante et essentielle d’un procédé technique et dont l’unique finalité est de permettre une transmission dans un réseau entre tiers par un intermédiaire ou une utilisation licite d’une œuvre protégée, et qui n’ont pas de signification économique indépendante.Cette exception est le résultat de la prise en considération des demandes des opérateurs de télécommunication et des « Internet Services Providers » dans la mesure où la transmission, via leur réseau, d’œuvres protégées par le droit d’auteur, implique techniquement une reproduction de l’œuvre au sens de la loi, même si celle-ci est très éphémère.- La copie privée et la rémunération des auteursIl faut aujourd’hui faire clairement la distinction entre d’une part, la copie sur papier ou sur support similaire et, d’autre part, la copie sur tout support autre que papier ou sur un support similaire (par exemple sur CD-ROM, un DVD, un lecteur mp3).D’une part et s’agissant des copies sur support papier, la loi prévoit en son article 22, 1er, 4°, que l’auteur ne peut interdire « la reproduction fragmentaire ou intégrale d’articles ou d’œuvres plastiques ou celle de courts fragments d’autres œuvres, à l’exception des partitions, lorsque cette reproduction est effectuée sur papier ou sur un support similaire [nous soulignons], au moyen de toute technique photographique ou autre méthode produisant un résultat similaire, dans un but strictement privé [nous soulignons] et ne porte pas préjudice à l’exploitation normale de l’œuvre.D’autre part et s’agissant des copies sur un support autre que papier ou similaire, en vertu du nouvel article 22, 1er, 5°, l’auteur ne peut interdire : « la reproduction sur tout support autre que sur papier ou support similaire [nous soulignons], d’œuvres, effectuées dans le cercle de famille et réservée à celui-ci ».
Par ailleurs, le nouvel article 55 de la loi porte que « les auteurs, les artistes-interprètes ou exécutants, les éditeurs d’œuvres littéraires et d’œuvres photographiques et les producteurs de phonogrammes et d’œuvres audiovisuelles ont droit à une rémunération pour la reproduction privée de leurs œuvres et prestations, y compris dans les cas fixés aux articles 22, $ 1er, 5° (reproduction dans le cercle de famille d’œuvres sur support autre que papier ou similaire) et 13° (reproduction par des établissements hospitaliers, pénitentiaires, d’aides à la jeunesse ou aux personnes handicapées) et 46°, 4° et 12° (même principe mais pour les titulaires de droits voisins).La rémunération est versée par le fabricant, l’importateur ou l’acquéreur intracommunautaire de supports manifestement utilisés pour la reproduction privée d’œuvres et de prestations sur tout support autre que sur papier ou support similaire, ou d’appareils manifestement utilisés pour cette reproduction lors de la mise en circulation sur le territoire national de ces supports et de ces appareils. Ce sera au Roi de déterminer quels appareils et supports sont « manifestement utilisés » aux fins décrites dans l’article 55 et ce, selon les modalités de l’article 56 de la loi de 1994). L’on notera que les rémunérations pour les reproductions faites par ordinateur ne seront possibles que suite à l’adoption d’un arrêt royal délibéré en conseil des Ministres et qu’en outre les appareils qui incorporent de manière permanente un support d’enregistrement ne seront soumis qu’une fois à rémunération.Dans les clés de répartition du droit de rémunération par les sociétés de gestions compétentes, il faut noter l’apparition dans le texte légal des éditeurs d’œuvres littéraires et éditeurs photographiques (respectivement pour la catégorie des œuvres littéraires et la catégorie des œuvres photographiques).- Autres exceptions La nouvelle loi prévoit également les nouvelles exceptions suivantes : o la communication gratuite et privée effectuée dans le cadre d’activités scolaires ;o la copie ou la communication par des bibliothèques publiques, des musées ou des archives sans but lucratif, d’œuvres qui font partie de leur collection ;o la copie éphémère par les radios pour leurs propres émissions ;o la copie et la communication au public visant à annoncer des expositions publiques ou des ventes d’œuvres artistiques, dans la mesure nécessaire pour promouvoir l’évènement en question, à l’exclusion de toute autre utilisation commerciale.Des règles similaires sont prévues pour les titulaires de droits voisins.Protection juridique des mesures techniques de protection et des informations sur le régime des droitsC’est ainsi que les mesures techniques ne peuvent en principe faire obstacle à l’exercice des exceptions prévues aux articles 21, §2 (confection d’une anthologie), 22, §1er, 4° (reproduction sur support papier ou similaire à but strictement privé), 4°bis et 4°ter, (reproduction à des fins d’enseignement ou de recherche scientifique), 8° (reproduction en vue, de la préservation du patrimoine culturel, de l’accès aux bibliothèques et musées, de l’archivage sans but lucratif), 10° (enregistrement éphémère des organismes de diffusion pour leurs propres émissions) et 11° (reproduction et communication au public pour les personnes handicapées), à l’article 22bis, § 1er, 1° à 5° (exceptions relatives aux bases de données) et aux articles 46, 3°bis, 7°, 9° et 10° (exceptions relatives aux titulaires de droits voisins). Les ayants droits concernés doivent prendre dans un délai raisonnable des mesures volontaires à l’exercice de ces exceptions par les tiers.La loi ajoute toutefois qu’en ce qui concerne l’exception tirée de l’article 22, 1er, 5° (reproduction d’œuvres sur tout support autre que papier ou similaire dans le cercle de famille et réservée à celui-ci), le Roi peut l’ajouter à la liste des exceptions aux mesures techniques de protection. Cette question délicate se réfère au problème majeur du cryptage des cd’s audio distribués par les maisons de disques et de la revendication des acheteurs de pouvoir exercer leur droit à copie privée sur ces exemplaires licitement acquis.


Prologue

L’objectif essentiel de la nouvelle loi est la transposition en droit belge de la directive européenne 2001/29 du 22 mai 2001 sur le droit d’auteur dans la société de l’information. Cette directive visait, d’une part, à harmoniser le contenu des droits exclusifs de l’auteur en précisant leur portée dans le contexte du monde digital et en fournissant une liste des exceptions possibles aux droits exclusifs et d’autre part, à introduire une protection juridique des mesures techniques de protection des œuvres et des informations relatives aux œuvres présentées sous format électronique. Elle visait également à transposer les principales obligations internationales découlant des deux traités OMPI de 1996.Le législateur belge a profité de l’occasion pour introduire quelques autres modifications à la loi. La Belgique aurait du transposer la directive au plus tard pour le 22 décembre 2002 ce qui explique sans doute que la loi modificative soit entrée en vigueur le jour de sa publication au moniteur.Dans le présent article, seules seront envisagées les modifications en droit d’auteur mais il ne faut pas perdre de vue que des dispositions similaires ont été prévues pour les bases de données mais aussi pour les titulaires des droits voisins (ces dernières étant calquées sur les changements applicables au droit d’auteur).Précisions quant aux droits exclusifs
La loi précise, tout d’abord, que la première prérogative de l’auteur, à savoir le droit de reproduction, permet de s’opposer à toute copie de l’œuvre et ce, « qu’elle soit directe ou indirecte, provisoire ou permanente, en tout ou en partie ». Ceci permet en principe de soumettre à autorisation des actes tels qu’entre autres, le « cashing », le « browsing » ou encore les actes de copies éphémères réalisées lors de la transmission d’œuvres sur des réseaux de télécommunication.Ensuite, la loi précise que la seconde prérogative de l’auteur, soit le droit d’interdire ou d’autoriser la représentation ou la communication au public de son œuvre, comprend la « mise à disposition du public de l’œuvre de manière que chacun puisse y avoir accès de l’endroit et au moment qu’il choisit individuellement ». L’« uploading » (ou le chargement) d’un texte sur un site Internet constitue ainsi sans hésitation un acte de communication au public nécessitant l’autorisation du titulaire du droit d’auteur sur le texte.Enfin, la loi consacre expressément pour la première fois, le droit exclusif de distribution de l’auteur et du titulaire d’un droit voisin, c'est-à-dire le droit d’autoriser ou d’interdire la distribution de son œuvre ou de copies de celle-ci, avec la limite toutefois de l’épuisement. Ainsi l’article 1er de la loi de 1994 est complété par ce qui suit : « l’auteur de l’œuvre littéraire ou artistique a seul le droit d’autoriser la distribution au public, par la vente ou autrement, de l’original de son œuvre ou de copies de celle-ci. La première vente ou premier autre transfert de propriété de l’original ou d’une copie d’une œuvre littéraire ou artistique dans la Communauté européenne par l’auteur ou avec son consentement, épuise le droit de distribution de cet original ou de cette copie dans la Communauté européenne ».Les exceptions aux droits exclusifsLa nouvelle loi introduit quelques nouvelles exceptions aux droits exclusifs de l’auteur et précise quelques autres exceptions déjà présentes dans la loi de 1994.- Première exception : reproduction temporaire technique
L’auteur ne peut pas interdire les actes de reproduction provisoire qui sont transitoires ou accessoires et constituent une partie intégrante et essentielle d’un procédé technique et dont l’unique finalité est de permettre une transmission dans un réseau entre tiers par un intermédiaire ou une utilisation licite d’une œuvre protégée, et qui n’ont pas de signification économique indépendante.Cette exception est le résultat de la prise en considération des demandes des opérateurs de télécommunication et des « Internet Services Providers » dans la mesure où la transmission, via leur réseau, d’œuvres protégées par le droit d’auteur, implique techniquement une reproduction de l’œuvre au sens de la loi, même si celle-ci est très éphémère.- La copie privée et la rémunération des auteursIl faut aujourd’hui faire clairement la distinction entre d’une part, la copie sur papier ou sur support similaire et, d’autre part, la copie sur tout support autre que papier ou sur un support similaire (par exemple sur CD-ROM, un DVD, un lecteur mp3).D’une part et s’agissant des copies sur support papier, la loi prévoit en son article 22, 1er, 4°, que l’auteur ne peut interdire « la reproduction fragmentaire ou intégrale d’articles ou d’œuvres plastiques ou celle de courts fragments d’autres œuvres, à l’exception des partitions, lorsque cette reproduction est effectuée sur papier ou sur un support similaire [nous soulignons], au moyen de toute technique photographique ou autre méthode produisant un résultat similaire, dans un but strictement privé [nous soulignons] et ne porte pas préjudice à l’exploitation normale de l’œuvre.D’autre part et s’agissant des copies sur un support autre que papier ou similaire, en vertu du nouvel article 22, 1er, 5°, l’auteur ne peut interdire : « la reproduction sur tout support autre que sur papier ou support similaire [nous soulignons], d’œuvres, effectuées dans le cercle de famille et réservée à celui-ci ».
Par ailleurs, le nouvel article 55 de la loi porte que « les auteurs, les artistes-interprètes ou exécutants, les éditeurs d’œuvres littéraires et d’œuvres photographiques et les producteurs de phonogrammes et d’œuvres audiovisuelles ont droit à une rémunération pour la reproduction privée de leurs œuvres et prestations, y compris dans les cas fixés aux articles 22, $ 1er, 5° (reproduction dans le cercle de famille d’œuvres sur support autre que papier ou similaire) et 13° (reproduction par des établissements hospitaliers, pénitentiaires, d’aides à la jeunesse ou aux personnes handicapées) et 46°, 4° et 12° (même principe mais pour les titulaires de droits voisins).La rémunération est versée par le fabricant, l’importateur ou l’acquéreur intracommunautaire de supports manifestement utilisés pour la reproduction privée d’œuvres et de prestations sur tout support autre que sur papier ou support similaire, ou d’appareils manifestement utilisés pour cette reproduction lors de la mise en circulation sur le territoire national de ces supports et de ces appareils. Ce sera au Roi de déterminer quels appareils et supports sont « manifestement utilisés » aux fins décrites dans l’article 55 et ce, selon les modalités de l’article 56 de la loi de 1994). L’on notera que les rémunérations pour les reproductions faites par ordinateur ne seront possibles que suite à l’adoption d’un arrêt royal délibéré en conseil des Ministres et qu’en outre les appareils qui incorporent de manière permanente un support d’enregistrement ne seront soumis qu’une fois à rémunération.Dans les clés de répartition du droit de rémunération par les sociétés de gestions compétentes, il faut noter l’apparition dans le texte légal des éditeurs d’œuvres littéraires et éditeurs photographiques (respectivement pour la catégorie des œuvres littéraires et la catégorie des œuvres photographiques).- Autres exceptions La nouvelle loi prévoit également les nouvelles exceptions suivantes : o la communication gratuite et privée effectuée dans le cadre d’activités scolaires ;o la copie ou la communication par des bibliothèques publiques, des musées ou des archives sans but lucratif, d’œuvres qui font partie de leur collection ;o la copie éphémère par les radios pour leurs propres émissions ;o la copie et la communication au public visant à annoncer des expositions publiques ou des ventes d’œuvres artistiques, dans la mesure nécessaire pour promouvoir l’évènement en question, à l’exclusion de toute autre utilisation commerciale.Des règles similaires sont prévues pour les titulaires de droits voisins.Protection juridique des mesures techniques de protection et des informations sur le régime des droitsC’est ainsi que les mesures techniques ne peuvent en principe faire obstacle à l’exercice des exceptions prévues aux articles 21, §2 (confection d’une anthologie), 22, §1er, 4° (reproduction sur support papier ou similaire à but strictement privé), 4°bis et 4°ter, (reproduction à des fins d’enseignement ou de recherche scientifique), 8° (reproduction en vue, de la préservation du patrimoine culturel, de l’accès aux bibliothèques et musées, de l’archivage sans but lucratif), 10° (enregistrement éphémère des organismes de diffusion pour leurs propres émissions) et 11° (reproduction et communication au public pour les personnes handicapées), à l’article 22bis, § 1er, 1° à 5° (exceptions relatives aux bases de données) et aux articles 46, 3°bis, 7°, 9° et 10° (exceptions relatives aux titulaires de droits voisins). Les ayants droits concernés doivent prendre dans un délai raisonnable des mesures volontaires à l’exercice de ces exceptions par les tiers.La loi ajoute toutefois qu’en ce qui concerne l’exception tirée de l’article 22, 1er, 5° (reproduction d’œuvres sur tout support autre que papier ou similaire dans le cercle de famille et réservée à celui-ci), le Roi peut l’ajouter à la liste des exceptions aux mesures techniques de protection. Cette question délicate se réfère au problème majeur du cryptage des cd’s audio distribués par les maisons de disques et de la revendication des acheteurs de pouvoir exercer leur droit à copie privée sur ces exemplaires licitement acquis.


Amitiés,

Bob

Avatar de l’utilisateur
Vonderwomane
demi-caillou avec un bout d'oeil séché
Messages : 2573
Enregistré le : ven. 26 sept. 2003 - 17:03

Message non lupar Vonderwomane » ven. 24 août 2007 - 09:44

Salut Bob, je trouve que tu devrais écrire encore plus petit. Parce que là, c'est encore lisible. C'est un peu gênant tout de même ! :P :lol:
Wesh !!!!! Rabbit Power...

Il ne faut jamais dire :
Lapin, je n'achèterai pas ton livre.
Kouin, je ne t'aime point.

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Message non lupar FunRAM » ven. 24 août 2007 - 10:32

Moi, je dis qu'il aurait pas dû prendre deux fois le même texte : c'est trop voyant.

Sinon, j'ai l'impression que grâce aux fines allusions de BoO°b, le machin que j'ai vaguement écrit va rester dans les annales du forum.
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

Bon, je laisse tomber...

Message non lupar Bob Boutique » ven. 24 août 2007 - 12:42

La remarque perfide de FunRam me laisse sans voix !
Comme si j’avais voulu plagier son oeuvre, alors que je me suis purement et simplement inspiré du cycle de la Compagnie Noire de Glen Cook, pour imaginer un récit épique et profondément original.
En plus, la remarque concernant le texte que j’aurais publié deux fois est désarmante de tristesse ! Bien sur que j’ai dupliqué ce texte, puisque l’avant-propos est le même que le prologue. C’était voulu… aucun auteur digne de ce nom ne commencerait son roman avec un avant-propos suivi d’un prologue, s’il n’avait de sérieuses raisons pour cela…
A savoir que, vu la qualité des interjections borborygmes et autres onomatopées relevées dans ce forum, il a bien compris qu’il fallait tout imprimer deux fois, pour avoir une petite chance d’être compris.
De toute façon, je laisse tomber…
Réflexion faite, j’ai peu de chance de rencontrer un gros succès avec ce récit, vu la sortie tout récente dans les librairies du ‘Commando sanglant’ qui exploite le même filon.

Avatar de l’utilisateur
César
ultra lapin
Messages : 2071
Enregistré le : sam. 28 avr. 2007 - 01:00

Message non lupar César » ven. 24 août 2007 - 12:47

Oui, le récit, c'est fichu.

Par contre, on peut être sur que si Bob publiait ses blagues, ça ferait un énorme succès.
[url=http://img107.exs.cx/img107/1391/ahhhhhhh9hv.swf]Inquiétant? Sadique? Masochiste? Méchant? Geek?
Jeune?
[/url]

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

Merci

Message non lupar Bob Boutique » ven. 24 août 2007 - 12:51

Merci César... encore que je soupçonne d'être un des putschistes qui n'a pas eu le ocurage de se dénoncer.... mais soit.

La vie continue,

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

Message non lupar Bob Boutique » ven. 24 août 2007 - 14:29

Bon, on fait la paix et je vous raconte une nouvelle histoire… bande de petits veinards !Et cette fois, je vous promets d’être court, concis et direct. Même si la blague que je vous propose aujourd’hui peut-être qualifiée de très particulière.

Je m’explique.

Si je vous raconte l’histoire d’un mec qui se présente devant le curé, au banc de communion, et lâche un énorme pet… nous sommes dans le premier degré, encore appelé ‘blague à la belge’. Le comique est immédiat, ce qu’en BD, on interprète par ‘Warf, warf…’, alors que personne n’a jamais ri de cette façon. Mais bon…

On écrit :
premier degré ------ blague à la belge ---------- hilarité

Si, le prêtre réagit finement en commentant : ‘que le corps du Christ vous protège des tempêtes de l’enfer’. Là on accède au deuxième degré, encore dénommé : ‘sourire à la française’. L’hilarité fait place à l’amusement

On ajoute
:Deuxième degré ------------ sourire à la française ---------- amusement

Si je reprends maintenant mon histoire au début…le mec…le banc de communion… les tempêtes de l’enfer etc… et conclus en précisant que le curé dépose l’hostie sur la langue fourchue du fidèle ! Là, je saute au troisième degré, qu’on qualifie souvent de : ‘lapinade’ (ne me demandez pas pourquoi, c’est ainsi…) ou trait d’esprit

On ajoute :
Troisième degré -------------- lapinade, trait d’esprit ----------------- plaisanterie raffinée

Bon, on a bien compris, je résume… non ? C’est clair pour tout le monde ? D’accord.

Hé bien, la blague que je vous offre à l’ instant n’est ni du premier, ni du deuxième ni même du troisième degré (heureusement que l’échelle ne monte pas jusqu’à vingt), mais du quatrième ! Et avec une chute… je ne vous dis que ça !

Autant vous prévenir. Faudra bien vous concentrer.

Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ce sont deux petits oiseaux, ( des oisillons, en quelque sorte ) qui se trouvent sur une branche dans un nid. En fait, c’est plutôt le nid qui se trouve sur la branche, mais vous m’avez compris, on ne va pas commencer à pinailler.

Ils sont donc dans leur nid. Le papa et la maman ( les parents en quelque sorte ) sont absents. Ils sont partis chercher de la bouffe, ou rendre visite à un couple ou… enfin peu importe. Ils ne sont pas là. Et les deux petits oiseaux ( les oisillons en quelque sorte ) n’ont rien à faire, sinon à se tourner les ailes et à regarder autour d’eux.

Jusque là, rien de très comique, nous sommes d’accord. Mais attendez…

En fait, ils observent un héron qui se tient immobile dans un étang, à une cinquantaine de mètres. Non ça c’est un peu loin… disons une vingtaine de mètres. Vous connaissez… une patte dans l’eau, l’autre repliée, le bec prétentieux… donnez lui une serviette blanche et on dirait qu’il va servir le champagne.

‘Tapon… tapon…’ piaillent les petits oiseaux ( les oisillons en quelque sorte ).

L’autre tourne la tête et les observe avec étonnement. Non, en réalité, il ne tourne pas la tête puisqu’il a les yeux implantés sur le côté. Disons qu’il reste immobile, mais s’aperçoit de leur présence et surtout de leurs cris étranges…

‘Tapon… tapon… ?’

Pour finir, excédé, il prend son envol et se pose sur la branche où ballote le nid des petits oiseaux ( les oisillons en quelque sorte ) et leur dit… vous allez voir, ça c’est littéralement du quatrième degré !

Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Un instant, c’est mon Poussin qui m’appelle…
- Oui ?
- ….
- Dans le deuxième tiroir de la cuisine, en dessous des factures.
- ….
- Mais non…
- ….
- Mais j’en sais rien, regarde toi-même !
- …
- Mais Poussin, je viens de tel dire : dans le deuxième tiroir de la cuisine.
- …
- Ah bon ? Alors là, je sais pas.
- ….
- Ok… ok.

Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Excusez moi, où en étais-je ? Ah oui, la blague… vous allez voir la chute est TERRIBLE !

Comment ? dit le patron en rejetant les bras en l’air. Il n’a pas de nom ?

Ben non, conclut le mec. Ca sert à rien. Quand je l’appelle, il ne vient jamais.

Je raconte bien, hein !

Avatar de l’utilisateur
César
ultra lapin
Messages : 2071
Enregistré le : sam. 28 avr. 2007 - 01:00

Message non lupar César » ven. 24 août 2007 - 14:45

Héron, héron, pas tapon.
[url=http://img107.exs.cx/img107/1391/ahhhhhhh9hv.swf]Inquiétant? Sadique? Masochiste? Méchant? Geek?
Jeune?
[/url]

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

Message non lupar Bob Boutique » ven. 24 août 2007 - 14:55

Vous me couperez la chique. c'est pas possible !

C'est pourtant pas le genre de blagues qu'on raconte au comptoir ou aux repas de mariage ?

Mais tu as oublié 'petits'

Héron, héron, petits, pas tapon...

Voila ce que le héron répond aux petits oiseaux ( aux oisillons en quelque sorte...)

C'est très bien César, je vous donne une carte dorée, pour vos parents. Et les autres... prenez exemùple sur lui !

Encore que je le soupçonne d'être un des putschistes qui n'a pas eu le courage de se dénoncer. Mais soit !

Avatar de l’utilisateur
César
ultra lapin
Messages : 2071
Enregistré le : sam. 28 avr. 2007 - 01:00

Message non lupar César » ven. 24 août 2007 - 14:56

Je suis le plus grand répertoire de blagues du monde.

Ou presque.
[url=http://img107.exs.cx/img107/1391/ahhhhhhh9hv.swf]Inquiétant? Sadique? Masochiste? Méchant? Geek?
Jeune?
[/url]

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

Message non lupar Bob Boutique » ven. 24 août 2007 - 14:59

Fais-moi plaisir, si tu ne veux pas te dénoncer, dénonce au moins les autres... tu peux le faire de manière anonyme si tu veux, à mon mail privé ?

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Message non lupar FunRAM » ven. 24 août 2007 - 15:18

**hilarité générale inextinguible**

**râle médiocre**

**mort dans d'atroces souffrances**
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
César
ultra lapin
Messages : 2071
Enregistré le : sam. 28 avr. 2007 - 01:00

Message non lupar César » ven. 24 août 2007 - 15:53

Bah vu qu'il est mort, je pense que je n'ai plus aucun scrupules à dénoncer...

Glaüx!
[url=http://img107.exs.cx/img107/1391/ahhhhhhh9hv.swf]Inquiétant? Sadique? Masochiste? Méchant? Geek?
Jeune?
[/url]

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

Message non lupar Bob Boutique » ven. 24 août 2007 - 15:57

Glaüx ?

Je vérifie immédiatement...

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

Glaux

Message non lupar Bob Boutique » ven. 24 août 2007 - 16:09

C'est très bien mon petit César... tenez, une seconde carte dorée pour vos parents.

Et les autres... prenez exemple sur lui.

Je vous laisse un instant, j'ai qqch à vérifier au secrétariat,

César, vous êtes responsable pednant mon absence...

Avatar de l’utilisateur
César
ultra lapin
Messages : 2071
Enregistré le : sam. 28 avr. 2007 - 01:00

Message non lupar César » ven. 24 août 2007 - 17:32

BUAHAHAHAHAHA!

J'ai réussi!

Le POUVOIR que m'a conféré Bob va me permettre de!!!

De... Euh...

Et, merde.
[url=http://img107.exs.cx/img107/1391/ahhhhhhh9hv.swf]Inquiétant? Sadique? Masochiste? Méchant? Geek?
Jeune?
[/url]

Avatar de l’utilisateur
Eric Num
ultra lapin
Messages : 2125
Enregistré le : mer. 18 sept. 2002 - 18:42

Message non lupar Eric Num » ven. 24 août 2007 - 18:13

Ah ouais mais non, Bob, ça ne va pas là ! On ne comprend rien à la chute si tu omets de préciser qu'il n'avait pas de pattes, parce que c'est vendredi, et le vendredi c'est couscous.
Bon, moi, je vais chercher la pelle

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Message non lupar FunRAM » ven. 24 août 2007 - 18:41

Et t'as déjà vu un couscous sans pates, toi ?
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

C'est très bien, mon petit César !

Message non lupar Bob Boutique » sam. 25 août 2007 - 12:12

C’est très bien mon Petit César… ( et les autres, prenez exemple sur lui ! ) Je rentre à l’instant du secrétariat où on m’a donné l’adresse du putschiste Glaux la Chouette, à Cèpeville.

Nous allons le convoquer et le prier, avec des moyens appropriés, de nous balancer les noms de ses complices. Presque sur que La Hyenne soit dans le coup… nous verrons.

Bon, c’est l’heure. Vous pouvez rangez vos affaires.

Exceptionnellement, je dis bien ‘exceptionnellement’, les blonds aux yeux bleus seront exemptés de devoir. Sauf les juifs bien entendu.

Bonsoir,

Avatar de l’utilisateur
Eric Num
ultra lapin
Messages : 2125
Enregistré le : mer. 18 sept. 2002 - 18:42

Message non lupar Eric Num » sam. 25 août 2007 - 13:13

FunRAM a écrit :Et t'as déjà vu un couscous sans pates, toi ?

Oui, bien sûr. Tu sais comment ça s'appelle ?
Bon, moi, je vais chercher la pelle

Avatar de l’utilisateur
César
ultra lapin
Messages : 2071
Enregistré le : sam. 28 avr. 2007 - 01:00

Message non lupar César » sam. 25 août 2007 - 15:09

Ça ne s'appelle pas, ça a pas de pâtes.

Il viendra pas.
[url=http://img107.exs.cx/img107/1391/ahhhhhhh9hv.swf]Inquiétant? Sadique? Masochiste? Méchant? Geek?
Jeune?
[/url]

Avatar de l’utilisateur
Ababakar
archevêque étoilé du lapin
Messages : 329
Enregistré le : jeu. 05 janv. 2006 - 17:16

Message non lupar Ababakar » sam. 25 août 2007 - 18:42

un couscous sans pate c'est une frite
parce qu'un couscous sans pate c'est comme une moule-frites sans ses moules

Avatar de l’utilisateur
César
ultra lapin
Messages : 2071
Enregistré le : sam. 28 avr. 2007 - 01:00

Message non lupar César » sam. 25 août 2007 - 18:45

Il a la réponse ultime.

Prosternez vous tous devant ses pieds palmés!
[url=http://img107.exs.cx/img107/1391/ahhhhhhh9hv.swf]Inquiétant? Sadique? Masochiste? Méchant? Geek?
Jeune?
[/url]

Avatar de l’utilisateur
Bob Boutique
lapin invisible avec cape visible
Messages : 957
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 - 15:39

Message non lupar Bob Boutique » dim. 26 août 2007 - 10:04

J'ai vraiment beaucoup de mal à suivre... pas si viiiiiiiiiiiiiiiiite (7° compagnie)

Avatar de l’utilisateur
FunRAM
quintessence ultime
Messages : 4269
Enregistré le : mer. 23 févr. 2005 - 01:00

Message non lupar FunRAM » dim. 26 août 2007 - 10:32

Ben moi, j'ai bien aimé Lady Mary. Bon, c'est le seul conte que j'ai lu jusqu'à présent, mais je crois que j'ai tout bien compris ce qu'il fallait faire grâce aux instructions telles qu'elles sont contenues dans la vidéo instructive.

Sinon, oui, moi zaussi, j'ai vraiment beaucoup de mal à suivre.
"Now, lissen up, dis iz teh sovrin ceiling cat talkin, pai attenshun: Dis is Jerusalem, der sitty in teh middul of Urf. Not middel-urf - dat iz full ov hobbitz. 6 Norty Jerusalem, iz sitty dat putz it paws ova its eerz an go 'La la la, I cants heer u!' Jerusalem no do wot ceiling cat want."


Retourner vers « nouvelles, BD, cinéma et littérature »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité