L'Incompatible

Parler de littérature, de bandes dessinées, de cinéma, etc. C'était un peu évident dans le titre, mais bon...

Modérateur : Modéros manichels

Dorian
peut mieux faire
Messages : 5
Enregistré le : sam. 19 juil. 2008 - 09:01

L'Incompatible

Message non lupar Dorian » sam. 19 juil. 2008 - 09:13

Hello ! Voici une petite nouvelle, je vous souhaite une bonne lecture si vous prenez un peu de temps pour la lire.
Edit : Zut, comment on fait des alinéas s'il vous plaît ? J'ai dû trouver une solution un peu moche...


L'Incompatible

___Julien caressa la main de Camille et la regarda avec amour. Oui, qu'elle était belle dans sa robe blanche, son léger voile flottant doucement sur la fraîcheur de sa peau. Ce fut ensemble qu'ils écoutèrent le maire.
- Bien, mes enfants, il est temps de faire le test de compatibilité.
. Ils hochèrent la tête et récurent chacun un dé de bois. Le maire leur présenta un plateau d'argent et leur rappela la procédure.
- Lancez chacun votre dé, si les nombres ne sont pas tous deux soit pairs soit impairs, votre mariage est avorté.
___Julien déglutit. Il passait ce test pour la douzième fois de son existence et sa peur atteignait cette fois-ci son paroxysme. Il aimait profondément Camille et ne voulait pas la perdre comme toutes les autres. Elle vit ses tremblements et lui chuchota quelque chose pour le rassurer.
- Ne t'inquiète pas, notre Amour est si fort qu'il fera sortir des bons nombres.
___Elle lança son dé la première, ce fut un quatre. Pair.
Julien invoqua tous ses dieux et lança son dé à son tour. Il tournoya longtemps, pour s'achever sur un trois. Impair.
Le maire hocha de la tête et sortit son feutre rouge. Il biffa de quatre violents traits le dossier de mariage.
- Désolé, mais le test est clair. Vous êtes rigoureusement incompatibles. Vous ne pouvez vous marier ni aujourd'hui ni jusqu'à votre mort. J'espère d'ailleurs que l'un de vous deux quittera cette ville pour toujours.
___Camille partit vite, au bras de son père.
- Pas trop déçue, ma fille ?
- Oh non, plutôt soulagée ! Julien n'était en fait qu'un pauvre con.
___Ce dernier passa la nuit à écumer tous les bars de la ville pour oublier sa tristesse et se coucha au bord du caniveau. Toute envie de vivre lui avait fui. Léa, Anaïs, Derya, Jessica, Martine, Cindy, Isa, Lucille, Christelle, Laetitia, Marie et maintenant Camille. Ils les avait toutes aimées, toutes perdues. Ses parents n'avaient pas eu ce mal, s'étant mariés juste avant l'installation de ce régime tordu. Il est vrai que la société déraillait de plus en plus. Toutes les valeurs morales qui structuraient le peuple avaient été anéanties, le pays dégénérait et glissait vers la guerre civile
___C'est dans ce contexte que Marlène Copati s'est présentée aux élections. Elle a exposé son programme avec la plus grande franchise et a été élue à plus de 80% des voix. Son projet a pu être mis en place : pour redonner au peuple sa confiance et à la société sa structure, il fallait revaloriser la famille avant tout. En premier lieu, retrouver les valeurs du mariage qui unissent plus que tout les individus entre eux. Pour cela, quoi de mieux que de le soumettre au jugement divin ? Le 'test de compatibilité' s'est rapidement généralisé. Ceux parvenant à se marier finissaient généralement leur vie ensemble, dans un bonheur limpide. Il fallait de surcroît passer le même test pour divorcer. Le mariage est bien devenu ultime et intemporel, les valeurs morales ont été par-là toutes renforcées, la société a regagné paix et sérénité. Les problèmes du pays se sont améliorés d'eux mêmes, personne ne trouva rien à redire à la politique de Marlène Copati.
___Personne, sauf Julien. Il y avait bien quelques malchanceux qui loupaient trois ou quatre fois leur mariage, mais Julien était le premier à être aussi maudit. Couché au sol, il pleura sa tristesse. Ayant vécu une enfance morne et solitaire, il avait toujours vu dans le mariage le salut qui le mènerait au bonheur qu'avait droit tout homme. Il ne pouvait imaginer vivre le restant de ses nuits avec les filles d'un soir, passant sur leur corps comme un fantôme, n'enfantant jamais.
___Il se releva du caniveau. Sa tristesse avait succombé à une colère rouge et précise. Condamné à l'errance ? Au moins se vengerait-il. Il prit le chemin du palais présidentiel, à seulement quatre stations de métro.

___Il entra sans le moindre problème. Le garde jouait à sa console portable et la secrétaire dormait. Il visita les couloirs vides et toqua naturellement à la grande porte capitonnée, une voix claire l'invita à entrer. Marlène C. regardait le paysage par-delà sa baie vitrée. Elle se retourna et il la salua.
- Bonjour Madame, où sont vos gardes du corps ?
- Ils sont à leur pause café. C'est vraiment eux que vous cherchez ?
- Ha ha, non c'est bien vous.
Il s'avança et lui tendit la main droite. Elle lui serra, mais de la main gauche, manœuvre assez difficile. Julien remarqua son poing droit rigoureusement fermé.
- Et bien, que puis-je faire pour vous ?
- Heu, sachez, Madame la présidente, que...
___Il s'approcha doucement du bureau et laisser glisser sa main vers la petite lampe.
- Que, heu, j'aimerais...
- Oui ?
- Me venger de ce que vous avez instauré, pauvre salope !
Il empoigna la lampe et la cogna de toutes ses forces contre le front de Marlène. Il réitéra l'opération plusieurs fois sur son corps à terre, et finit par lui enfoncer le coupe-papier entre les deux yeux. Julien entendit les gardes venir par le couloir mais il voulut, avant de fuir, percer le secret de ce poing fermé. Il s'agenouilla par dessus le corps et tira les doigts bientôt froids. Le poignet finit par céder et Julien fut surpris d'y voir deux dés de bois, affichant l'un et l'autre un Deux et un Six. Nombres pairs.
Modifié en dernier par Dorian le dim. 20 juil. 2008 - 09:20, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Johnny
ourse verte
Messages : 5704
Enregistré le : ven. 22 nov. 2002 - 23:17

Message non lupar Johnny » sam. 19 juil. 2008 - 11:01

Les alinéas, y a pas.
Du coup, soit c'est moche, soit y a pas d'alinéas.
A toi de choisir.

Bienvenue ici.

Quelques fautes trouvées dans la nouvelle :
Toute envie de vivre lui avait fui.
Le 'test de compatibilité' (apostrophe mal placée)
le salut qui le mènerait
cogna de toutes ses forces


J'avoue que j'ai un petit faible pour la colère rouge et précise...
Je suis le seul vrai lapin du forum

Dorian
peut mieux faire
Messages : 5
Enregistré le : sam. 19 juil. 2008 - 09:01

Message non lupar Dorian » sam. 19 juil. 2008 - 14:14

Merci pour les fautes que j'ai corrigé, mais pour les guillemets je vois par l'erreur, car ce sont des guillements à un seul signe donc qui ne nécessitent pas un espace avant et après et peuvent être ainsi collés au mot.

Edit : Ah non pardon, voir message ci dessous.
Modifié en dernier par Dorian le dim. 20 juil. 2008 - 09:19, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Johnny
ourse verte
Messages : 5704
Enregistré le : ven. 22 nov. 2002 - 23:17

Message non lupar Johnny » dim. 20 juil. 2008 - 00:23

Le t'est de compatibilité'

Oui, sauf que là, le guillemet est dans le mot.
Je suis le seul vrai lapin du forum


Retourner vers « nouvelles, BD, cinéma et littérature »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité